ARTHUR NAUZYCIEL
FR EN

ARTHUR NAUZYCIEL

Directeur du TNB

Arthur Nauzyciel est metteur en scène et acteur. Il a dirigé le CDN d’Orléans de 2007 à 2016 et il est directeur du Théâtre National de Bretagne depuis 2017.

Après des études d’arts plastiques et de cinéma, il entre en 1987 à l’école du Théâtre national de Chaillot dirigée par Antoine Vitez. D’abord acteur sous la direction de Jean-Marie Villégier, Alain Françon, Éric Vigner, ou Tsai Ming Liang, il crée ses premières mises en scène au CDDB–Théâtre de Lorient, Le Malade imaginaire ou Le Silence de Molière d’après Molière et Giovanni Macchia (1999) et Oh Les Beaux Jours de Samuel Beckett (2003), présenté à l’Odéon-Théâtre de l’Europe et Buenos Aires.

 

Suivront, en France : Place des Héros qui marque l’entrée de Thomas Bernhard à la Comédie-Française (2004) ; Ordet (La Parole) de Kaj Munk au Festival d’Avignon (2008) ; Jan Karski (Mon nom est une fiction) d’après le roman de Yannick Haenel au Festival d’Avignon (2011), qui a reçu le prix Georges-Lerminier du Syndicat de la critique ; Faim de Knut Hamsun (2011) ; La Mouette de Tchekhov (2012) dans la Cour d’honneur du Palais des papes au Festival d’Avignon ; Kaddish d’Allen Ginsberg (2013) avec la complicité d’Étienne Daho. En 2015, il crée Splendid’s de Jean Genet, avec des comédiens américains et la voix de Jeanne Moreau, et qu’il a recréé en 2020 pendant le confinement.

 

Il travaille régulièrement aux États-Unis, et crée à Atlanta 2 pièces de Bernard-Marie Koltès : Black Battles with Dogs (2001) puis Roberto Zucco (2004), et à Boston, pour l’A.R.T., Abigail’s Party de Mike Leigh (2007) et Julius Caesar de Shakespeare (2008). À l’étranger, il crée des spectacles repris ensuite en France ou dans des festivals internationaux. À Dublin, L’Image de Beckett (2006) avec Damien Jalet et Anne Brochet, Lou Doillon puis Julie Moulier ; au Théâtre National d’Islande, Le Musée de la mer de Marie Darrieussecq (2009) ; au Théâtre National de Norvège, Abigail’s Party de Mike Leigh (2012) ; au Mini teater de Ljubljana en Slovénie, Les Larmes amères de Petra von Kant de Rainer Werner Fassbinder (2015) ; au National Theater Company of Korea (NTCK), L’Empire des lumières de Kim Young-ha (2016).

 

Il travaille également pour la danse et l’opéra : il met en scène Red Waters (2011), opéra de Lady & Bird (Keren Ann et Barði Jóhannsson), met en espace Une tragédie florentine (2018) d’Alexander Zemlinsky à l’Abbaye de Royaumont et Le Papillon Noir (2018), opéra composé par Yann Robin et Yannick Haenel. Aux côtés de Sidi Larbi Cherkaoui, il participe à la création de Play (2010) avec la danseuse Shantala Shivalingappa.

 

Il collabore régulièrement avec d’autres artistes : Miroslaw Balka, Matt Elliott, Christian Fennesz, Damien Jalet, Valérie Mréjen, Pierre-Alain Giraud, José Lévy, Gaspard Yurkievich, Erna Ómarsdóttir, l’Ensemble Organum, Sjón, Albin de la Simone, Boris Charmatz, Winter Family.

 

Au cours de sa première saison à la direction du TNB, Arthur Nauzyciel a souhaité présenter son travail de metteur en scène au public rennais à travers des spectacles emblématiques de son parcours : Julius Caesar, L’Empire des lumières, Jan Karski (Mon nom est une fiction) et Splendid’s.

 

En 2018, il crée sa première mise en scène en résidence au TNB : La Dame aux camélias d’après le roman et la pièce de théâtre d’Alexandre Dumas fils. Au cours de cette même saison, il collabore avec les chorégraphes Sidi Larbi Cherkaoui et Colin Dunne pour la création de Session (2019), en résidence au TNB.

 

Également acteur, il est dirigé par Pascal Rambert pour 2 textes en 2015 et 2017 : De mes propres mains et L’Art du Théâtre, présentés au Théâtre des Bouffes du Nord, au Théâtre du Rond-Point, à Paris, et au TNB en mars 2019. Cette collaboration se poursuit avec Architecture, créé en ouverture du Festival d’Avignon 2019 et reprise au TNB la saison passée ; Love’s End, version coréenne de Clôture de l’amour de Pascal Rambert, qu’Arthur Nauzyciel crée à Séoul en 2019 avec les acteurs principaux de L’Empire des lumières — ces 2 créations coréennes seront présentées en diptyque en 2021/2022 ; et enfin Mes frères qu’il met en scène et interprète, une création présentée à La Colline – théâtre national, puis à Rennes en ouverture du Festival TNB.

 

Arthur Nauzyciel participe également en septembre 2020 à la reprise de La Ruée de Boris Charmatz à la MC93, créé pour clôturer le Festival TNB 2018 dont les textes sont issus d’Histoire mondiale de la France, ouvrage collectif dirigé par Patrick Boucheron.

 

POUR ALLER PLUS LOIN

 

① La playlist musicale d'Arthur Nauzyciel : le 9 février 2020, le directeur du TNB était l'invité de Mathieu Conquet sur France Inter, dans l'émission "Et je remets le son", enregistrée à Beaubourg, au Centre Pompidou, "lieu chargé de souvenirs pour Arthur Nauzyciel, attaché à cet endroit de rencontres et de mixité sociale."

Écoutez l'émission

 

② Nous partageons avec vous sa sélection musicale, de Elli & Jacno à Fennesz, en passant par les Poppys et The Barry Sisters.

 

 

CETTE SAISON AU TNB

→ Mes frères (annulé)

→ Splendid's, création en live sur Zoom

 

EN TOURNÉE

→ La Dame aux camélias


C'EST PASSÉ AU TNB

→ Julius Caesar

→ L'Empire des lumières

→ Jan Karski (Mon nom est une fiction)

→ La Dame aux camélias

→ Splendid's

→ Session

→ L'Art du théâtre & De mes propres mains

→ Architecture