FR EN

SPECTACLES

17 nov
— 27 nov 2021

WILD MINDS

MARCUS LINDEEN

Salle Parigot

Durée 40 min

Théâtre
Performance

Festival TNB

MER 17 11 19h00
MER 17 11 21h00
JEU 18 11 19h00
JEU 18 11 21h00
VEN 19 11 19h00
VEN 19 11 21h00
SAM 20 11 14h00
SAM 20 11 16h00
MER 24 11 19h00
MER 24 11 21h00
JEU 25 11 19h00
JEU 25 11 21h00
VEN 26 11 19h00
VEN 26 11 21h00
SAM 27 11 14h00
SAM 27 11 16h00
11 dates

Salle Parigot

Durée 40 min

TRC : Trouble de la rêverie compulsive. Ce syndrome qui précipite celles et ceux qui en sont atteint·es dans l’échappée imaginaire livre ses secrets sur la scène du théâtre.

Marcus Lindeen discute un jour avec Anne, rêveuse compulsive. Elle lui raconte comment elle s’est aménagée, à l’insu de tous ses proches, une vie parallèle. Depuis des années, jour et nuit, dans le silence et les yeux ouverts, elle écrit, amende, détaille, développe la vie d’un homme qui n’est pas elle. Elle n’est ni schizophrène ni sujette à des hallucinations, elle rêve. Et ce rêve qu’elle construit et qui la domine l’éloigne de ses contemporains. Le TRC est une énigme. Sur la scène du théâtre, encadré par le public, 5 artistes amateurs incarneront les récits intérieurs de rêveurs compulsifs. Dans leurs oreilles parvient l’enregistrement de témoignages réels. Elles et ils les redisent en live. La séance est une thérapie de groupe. Une effraction troublante au cœur des intimités.

LA GENÈSE DU PROJET | La femme assise en face de moi a 35 ans et travaille dans une bibliothèque. Elle a honte de ce qu’elle va me raconter et accepte que je l’enregistre seulement à condition que je n’utilise pas son vrai prénom. Je lui demande comment elle veut que je l’appelle et elle se décide pour « Anne ».

Je suis entré en contact avec elle via un groupe anonyme de discussion en ligne de personnes qui souffrent de « trouble de la rêverie compulsive », un diagnostic qui implique qu’on ne peut pas contrôler ses rêves éveillés. Les personnes atteintes de ce trouble sont obsédées par leur imaginaire et s’évadent plusieurs heures par jour dans leur monde intérieur. Les scénarios et les personnages sont souvent récurrents. Parfois il s’agit d’une réalité parallèle qui a lieu dans le temps réel où le rêveur a inventé un alter ego faisant un autre travail et ayant d’autres relations sociales que lui. Une vie secrète qui, au fil du temps, s’étoffe en un récit complexe.

– Marcus Lindeen

BIOGRAPHIE | Marcus Lindeen est artiste, auteur, metteur en scène et réalisateur de films. Sa dernière pièce L'Aventure invisible a été créée en 2020 au T2G, CDN de Gennevilliers dans le cadre du Festival d’Automne à Paris et sera présentée en 2022 à la Schaubühne à Berlin, au Wiener Festwoche à Vienne, au Piccolo Teatro à Milan et au Teatro India de Rome. Son film documentaire The Raft est sorti en 2019 et la scénographie du film a également été exposée sous forme d'installation artistique au Centre Pompidou dans le cadre du Festival Hors Pistes. Ses précédents spectacles ont notamment été joués à la Schaubühne à Berlin, au Théâtre Royal Dramatique de Stockholm et au Théâtre national d’Oslo.

Marcus Lindeen étudie la mise en scène au Dramatiska institutet à Stockholm (Conservatoire national supérieur d’art dramatique). Il fait ses débuts en 2006 avec Regretters, pièce de théâtre et film documentaire sur 2 Suédois qui changent 2 fois de sexe. La pièce est traduite en plusieurs langues et le film remporte le prix Europa dans la catégorie Meilleur film documentaire européen (2010). Regretters est le premier volet d’une trilogie sur les identités, il est suivi de Wild Minds et de L’Aventure invisible. La trilogie est présentée dans sa totalité pour la première fois à l’automne 2022. Marcus Lindeen est invité pour la première fois au TNB.

Salle Parigot

Durée 40 min

Mise en scène
MARCUS LINDEEN
Collaboration artistique, dramaturgie
et traduction
MARIANNE SÉGOL-SAMOY
Musique et conception sonore
HANS APPELKVIST

 

Avec
ANNE-SOPHIE INGOUF
CLAUDE THOMAS
HIDA SAHEBI
EL HADJI ABDOU AZIZ DIAW
NAELLE DARIYA
en alternance avec
FRANKY GOGO

 

Production : Comédie de Caen-CDN de Normandie après une commande du Moderna Museet-Stockholm.
Avec le soutien de l’Institut Suédois Paris.