TNB OCCUPÉ

TNB OCCUPÉ

AVRIL 2021

Depuis ce mardi 6 avril, le TNB est occupé par la Coordination des Intermittents, intérimaires et Précaires de Bretagne, le Collectif Vivre sans art et sans culture et les 2 syndicats SFA-CGT et SBAM-CGT qui occupaient depuis quelques semaines l’Opéra de Rennes.

Cette occupation s’est organisée dans un dialogue mutuel et un accompagnement de la part du TNB quant à l’installation au Cinéma du TNB. Cette action, dont les revendications rejoignent les nôtres ainsi que celles des élèves de l’École du TNB, se joint à la mobilisation nationale initiée à l’Odéon – Théâtre de l’Europe. 

 

La direction et l’équipe du TNB partagent le désarroi du secteur culturel et d’une jeunesse estudiantine en grande souffrance. 

 

Cette occupation se déroulant dans un respect mutuel, le TNB peut par ailleurs continuer d’assurer son activité. 

 

En effet, depuis novembre et grâce au cadre donné par le gouvernement nous avons pu maintenir des activités au sein du TNB et fait le choix de pérenniser les emplois artistiques et techniques pour les intermittent·es dans la plus grande vigilance des contraintes sanitaires : 

 

- maintien des résidences, des créations, des captations,

- enseignement en présentiel pour les élèves de l’École selon les directives du Ministère de la Culture,

- ouverture de bureaux solidaires pour des étudiant·es en situation d’isolement ou de fragilité,

- accueil de cours de français à destination de demandeur·euses d’asile (association DIDA),

- maintien des activités d’éducation artistiques et culturelles, micro-visites du TNB lorsque cela est possible. 

 

En dehors des nécessités économiques, ces choix sont pour nous le moyen de rappeler le sens de nos missions sur un territoire et faire acte de solidarité avec les intermittent·es du spectacle, artistes, technicien·nes, et les populations fragiles que sont les personnes exilées et les étudiant·es, parmi tant d’autres. 

 

Le maintien de l’ensemble de ces activités conforte le rôle du TNB au sein du paysage culturel et d’un réseau économique et solidaire.