Théâtre National de Bretagne
Direction Arthur Nauzyciel

accueil / programmation / cinéma / le règne animal

Menu

    TNB logo
LE RÈGNE ANIMAL

CINÉMA

Sam 09 déc 2023 21h30

LE RÈGNE ANIMAL

DE THOMAS CAILLEY

Achetez vos places

Samedi 09 décembre

21:30 Salle jouvet

FRANCE

2023

2h08

DRAME, AVENTURE, FANTASTIQUE

VF

→ (SME) séances sous-titrées, accessibles aux personnes sourdes et malentendantes, sur demande auprès de l'équipe cinéma

Dans un monde en proie à une vague de mutations qui transforment peu à peu certains humains en animaux, François fait tout pour sauver sa femme, touchée par ce phénomène mystérieux. Alors que la région se peuple de créatures d'un nouveau genre, il embarque Émile, leur fils de 16 ans, dans une quête qui bouleversera à jamais leur existence.

 

 

 

 

 

CINÉCRITIK

 

Dans le cadre de l'association CinéCritik, en partenariat avec le Lycée Chateaubriand

 

" Le film Le Règne animal de Thomas Cailley raconte l'histoire d’une famille, et même plus largement de notre société occidentale, dans un monde où les humains ont commencé à muter en animaux. Nous voyons comment un père et son fils vivent cette situation, et comment ils vont réagir lorsque cette maladie touche leur famille. Nous sommes témoins de l’évolution des rapports père-fils face à cette épreuve.

Il s’agit du 2e film de Thomas Cailley. Le premier, Les Combattants, sorti en 2014, a reçu un César. C’est un film qui posait déjà la question du survivalisme. Dans ce nouveau film, on retrouve Romain Duris, qui joue le père, il est un acteur qu’on ne présente plus. Il a face à lui un jeune acteur, Paul Kircher, assez impressionnant dans sa capacité à exprimer des sentiments complexes et paradoxaux. Dans ce film, Thomas Cailley fait passer un message : durant tout le film, il met en avant le déni de la population face à cette nouvelle condition de certains humains, et le rejet qui s'installe tout de suite envers ces victimes. Il montre très bien la haine que les hommes développent face à ce qu'ils ne comprennent pas. Le sujet du rejet est traité dans différents environnements, en utilisant aussi bien le cadre fantastique de l'histoire comme tout simplement le contexte de la vie lycéenne.

Certains passages du film, même s’ils sont peu nombreux, peuvent paraître un peu longs et on peut trouver certains éléments peu clairs, mais de manière générale c’est un film très sympathique avec plusieurs scènes très belles et émouvantes.

Le concept est bon et les acteurs l’interprètent bien. Il pose la question du retour à l’état bestial et de savoir comment il est possible de devenir soi-même dans une société si peu disposée à nous accepter. Le film est agréable à regarder, même s’il est dommage que certains aspects du concept semblent avoir été déjà vu. On pensera au film d’animation Les Enfants loups (2012) réalisé par Mamoru Hosoda pour la transformation, ou encore au thème de l’émancipation de l’adolescent qui découvre sa véritable identité. Il y a vraiment des ressemblances frappantes. Le film arrive tout de même à se démarquer en montrant plus clairement les différents points de vue des protagonistes.

En un mot, Le Règne animal est un film très agréable et touchant. Il nous divertit tout en abordant des questions plus profondes sur notre société."

Joséphine Boucly

classe de 2de 

DANS LA PRESSE

" Neuf ans après le succès des Combattants, et après un détour par la série (Ad vitam en 2018), Thomas Cailley revient au cinéma avec l’ambitieux Règne animal, présenté à Cannes en ouverture d’Un certain regard. L’ambition est à la fois spectaculaire et philosophique. Si bien que son destin en salle pourrait changer la face du cinéma français. Pareil cinéma populaire, traversé par un souffle romanesque connecté au contemporain, adossé à l’épaisseur existentielle de ses personnages, crédible dans ses effets spéciaux, naturel dans son mélange des genres, pareil cinéma populaire, disais-je, s’il marche, et il faut qu’il marche, donnera des idées à l’industrie. Le Règne animal, mine de rien, est un passeport pour l’avenir (de la salle, du cinéma, de l’espèce)."

­

Extrait de Et moi je suis tombé en esclavage, par Fabien Gaffez, 

à paraître dans le numéro 752 (octobre 2023) de Positif

­

GÉNÉRIQUE

Réalisation

Thomas Cailley

 

Avec

Romain DurisPaul KircherAdèle Exarchopoulos