CINÉMA

18 aout
— 22 aout 2021

BERLIN ALEXANDERPLATZ

DE BURHAN QURBANI

Achetez vos places

Mercredi 18 août

18:15 Salle Jouvet

Jeudi 19 août

20:00 Salle Jouvet

Vendredi 20 août

20:00 salle piccoli

Samedi 21 août

20:00 Salle Jouvet

Dimanche 22 août

18:00 Salle Jouvet

ALLEMAGNE

2021

3H05

VOSTF

DRAME

Parmi les textes fondateurs de la littérature allemande du XXème siècle, il figure en bonne place. Berlin Alexanderplatz d’Alfred Döblin n’est pas aisé à définir. Celles et Ceux qui voudraient se dérober à l’exercice parleraient de «roman à tiroirs». Car ici, les intrigues sont multiples. L’histoire de la sortie de prison de Franz Biberkopf, criminel ayant purgé une peine pour l’assassinat de sa femme, n’est que le point de départ d’un terrible engrenage dans lequel le personnage va se retrouver entraîné. Et le·la lecteur·trice avec. Plus qu’un roman, le texte d’Alfred Döblin fait penser à une série. Il est d’ailleurs structuré comme tel avec ces différents chapitres ou « livres » puisque c’est de cette manière que sont nommées les différentes parties de l’ouvrage. Dans le roman d’origine, il y en a 9. Suivant les adaptations que le cinéma ou la télévision a pu en tirer, ce nombre a été modifié. Le feuilleton de Rainer Maria Fassbinder en 1980 compte 14 épisodes tandis que le film de Burhan Qurbani couvre « seulement » 5 parties. Dans les différents cas, il convient de parler d’une œuvre protéiforme, à multiples facettes. La lecture du roman d’Alfred Döblin implique une disponibilité de la part du lecteur·trice. Invité à prendre part à ce qui pourrait ressembler à une véritable expérience littéraire, ce·tte dernier·ère doit accepter de se perdre. Un peu à la manière de Franz Biberkopf. Il n’est ici pas question d’une narration homogène. Le style rappelle celui d’un tourbillon, ainsi que le souligne Olivier le Lay, auteur d’une nouvelle traduction du classique allemand en 2009. Dans l’avant-propos, il note ainsi : « Dans Berlin Alexanderplatz, Döblin mêle et brouille les fréquences, confond les discours. Au sein de la même séquence rythmique il fait s’entrechoquer avec une science aiguë du montage le berlinois, des extraits de grandes œuvres de la littérature de langue allemande (citations de Gottfried Keller, Henrich von Kleist ou Schiller, mais parfois décalées, subverties), le langage publicitaire, différents lexiques techniques (mécanique théorique, expertises médicolégales), les chansons de cabaret, la Bible ».

SYNOPSIS


Alors qu’il échoue miraculeusement sur les côtes du Sud de l’Europe, Francis prête serment devant Dieu : il sera désormais un homme neuf, bon et droit. Francis se retrouve bientôt à Berlin, où il réalise combien il est difficile d’être vertueux quand on est un réfugié clandestin en Allemagne – sans papiers, sans patrie et sans permis de travail. Lorsque Reinhold, un Allemand charismatique, lui fait la proposition alléchante de gagner de l’argent facile, Francis résiste à la tentation, s’en tient à son serment et reste à l’écart des affaires douteuses de ce dernier. Mais il sera inexorablement happé par les bas-fonds de Berlin et perdra peu à peu le contrôle de son existence.

 

Réalisation

Burhan Qurbani

Avec

Welket Bungué, Jella Haase, Albrecht Schuch