PASCAL RAMBERT

PASCAL RAMBERT

à propos d'Architecture

Dans Architecture vous avez le projet de réunir la plupart des acteurs phares qui ont jalonné votre parcours de metteur en scène, comment vous est venue l’idée de tous les rassembler dans une même histoire ? 

Le début du chemin d’Architecture dans ma tête remonte à 2014 pendant que je travaillais sur Répétition avec Emmanuelle Béart, Audrey Bonnet, Stanislas Nordey et Denis Podalydès. C’est là que l’idée a germé. À la fin des représentations, je leur en ai parlé et je leur ai dit qu’on le ferait quand on aurait le temps.

 

Et puis l’envie s’est développée pendant que je faisais Argument avec Marie-Sophie Ferdane et Laurent Poitrenaux, puis Arthur Nauzyciel que j’ai inclus naturellement dans le processus puisqu’on a fait De mes propres mains et L’Art du Théâtre ensemble. Le projet a donc mûri un certain nombre d’années, le temps d’arriver à réunir tout le monde, vu nos emplois du temps respectifs.

 

Mais l’étincelle de départ, c’est Jacques Weber. La pièce s’est construite autour de son personnage. Je le connais depuis très longtemps et ça fait, disons, une vingtaine d’années, que je nourris le désir d’écrire pour lui. Et puis j’ai eu la possibilité de faire monter à bord Anne Brochet et Pascal Rénéric aussi.

 

Donc la distribution s’est constituée comme un puzzle qui s’emboîte, de façon extrêmement évidente et naturelle. En fait, cette distribution est le reflet condensé de toutes mes précédentes distributions. Il s’agit simplement de tous les gens avec qui j’ai travaillé ces huit dernières années à peu près et comme j’ai la chance que ça se passe bien, c’est vrai que ça donne envie d’aller plus loin. D’autant plus qu’il y a entre tous des relations souterraines, des liens de travail qui les rassemblent. Par exemple, Marie-Sophie Ferdane et Audrey Bonnet sont passées par la Comédie-Française, Denis Podalydès y est toujours. Arthur Nauzyciel a dirigé Marie-Sophie Ferdane dans La Dame aux camélias et La Mouette. Emmanuelle Béart a joué sous la direction de Stanislas Nordey, etc etc. Les connexions entre eux sont très fortes.

 

Pour moi, les réunir n’a rien à voir avec le fait de faire un casting de stars, je suis à mille lieues de ça. On a juste eu envie de se regrouper parce que notre collaboration est agréable et fructueuse, c’est tout. En fait, on est une sorte de collectif temporaire mais à travers le temps sauf qu’on ne s’affiche pas avec l’étiquette de collectif mais pour moi c’est vraiment ce qui se joue entre nous.

 

— Extrait de l'entretien de Pascal Rambert réalisé par Marie Plantin