HORS FORMAT

Jeu 24 jan 2019 20h00

Chez mon père

Marie Darrieussecq

Achetez vos places
Lecture

Artiste associée

JEU 24 01 20h00

Salle Parigot
Durée 30 min

Tarif unique 8€

Des lotissements. Des parkings. Une centrale nucléaire. Pas tout à fait aujourd’hui. Pas tout à fait d’un autre temps.

Deux écrans qui diffusent une « utopie pavillonnaire », à la fois rythmée et aléatoire. Et l’écrivaine Marie Darrieussecq qui se tient à la jointure des images du cinéaste Laurent Perreau, lisant un texte qui n’est écrit que pour être ainsi lu. Un récit d’enfance et de jeunesse. Un père. Une vie dans l’angle de l’Europe.

 

Essayiste, romancière, dramaturge, auteur d’albums jeunesse et psychanalyste, la romancière est née au Pays basque. Normalienne, agrégée de lettres, Marie Darrieussecq a été révélée au grand public par son premier roman, Truismes, paru en France en 1996 et traduit en 45 langues. Ce succès l’a libérée de beaucoup d’empêchements, et lui a permis de ne faire qu’écrire et voyager. « Je suis un auteur de fiction et l’imaginaire est mon domaine, même s’il est forcément nourri de mon vécu, comme s’en nourrissent les rêves : métaphoriquement.» Les bouts du monde la fascinent. « On y trouve une espèce d’exil, semblable à l’isolement qu’éprouve un écrivain. »

 

En 2016, elle est l’auteur de Être ici est une splendeur, biographie de la peintre Paula Modersohn-Becker et co-organise l’exposition consacrée à l’artiste, au Musée d’Art moderne de la Ville de Paris. En 2017, elle publie Notre vie dans les forêts.

 

Auteure associée au TNB, son compagnonnage avec Arthur Nauzyciel s’est notamment traduit par la création, au Théâtre National d’Islande, de sa première pièce, Le Musée de la mer en 2009. La saison dernière, l’adaptation de son roman Il faut beaucoup aimer les hommes par Das Plateau était présentée dans le cadre du Festival TNB.

Salle Parigot
Durée 30 min

Tarif unique 8€

Texte
MARIE DARRIEUSSECQ
Vidéo
LAURENT PERREAU

 

Avec
MARIE DARRIEUSSECQ

 

Spectacle créé à Arles, exposition « Levitt France, une utopie pavillonnaire », dans le cadre des Rencontres de la photographie en 2017.