RÉTROSPECTIVE TSAI MING-LIANG

RÉTROSPECTIVE TSAI MING-LIANG

EN 3 FILMS

Le Cinéma du TNB, en partenariat avec le distributeur Splendor Films, vous propose de (re)découvrir 3 chefs-d'œuvre du cinéaste malaisien, Tsai Ming-Liang

Tsai Ming-liang est né en 1957 en Malaisie, 6 ans avant l'indépendance du pays, dans un petit village, Kuching (« Le chat », en malais). C'est là qu'il passe ses 20 premières années et qu'il commence à aller au cinéma, voir principalement des films à grand spectacle de la Shaw Brothers (auxquels il rendra hommage dans Goodbye, Dragon Inn, référence au Dragon Gate Inn de King Hu). Son éducation cinéphilique se poursuivra à Taipei, où il part faire ses études à l'âge de 20 ans, et découvre de nombreux classiques de l'histoire du cinéma européen et américain. Après ses études, il réalise plusieurs téléfilms avec des adolescents, acteurs non professionnels, dont émergera Lee Kan-sheng. Les Rebelles du dieu néon, son premier long métrage de cinéma, pose les bases esthétiques et topographiques de son cinéma. Taipei la nuit, le jour, son quartier jeune (« Si meng ting ») à l'aurore ou au crépuscule, des chambres, des salles de bains et des cuvettes de toilettes, des jeunes gens en scooter assez taiseux, un fils (LKS) et ses parents (joués par Lu Hsiao-ling et Miao Tien, acteurs récurrents), de la pluie et des inondations (le motif aquatique est fondamental), du sexe (on fait beaucoup l'amour dans les films de Tsai Ming-liang) et surtout cette manière particulière d'installer une temporalité, de créer une narration sans en avoir l'air, de faire en sorte que ce qu'on appelle en temps normal un temps mort devienne un temps plein, riche de sentiments aussi contradictoires que du désespoir ou de l'espérance. Une narration des sentiments et des corps.

— Bernard Payen, Responsable de programmation, Cinémathèque française