CINÉMA

VIVE L'AMOUR

DE TSAI MING-LIANG

TAÏWAN

1994

1H58

VOSTF

DRAME

Ce film vous est présenté dans le cadre d'un cycle de 3 films du cinéaste taïwanais, Tsai Ming-Liang.
 

→ Lion d'or à la Mostra de Venise, 1994

→ Meilleur réalisateur et meilleur acteur au Festival des 3 Continents, 1994

→ Meilleur film au Festival International du film de Singapour, 1995

"Comme Wong Kar-wai, Tsai Ming-liang prend le pouls d’une ville en saisissant l’état de sa jeunesse. Mais Vive l’amour est plus proche d’Antonioni que de Godard. Vive l'amour arrive à point nommé, 2 semaines après le Chungking express de Wong Kar-wai, pour enfoncer le clou d'une activité asiatique frénétique. À priori, nombreuses sont les lignes de convergence qui invitent au rapprochement des 2 cinéastes. Ils sont immigrés ; ils vivent et travaillent dans les 2 métropoles de la Chine non-communiste (Wong à Hong-Kong, Tsai à Taipei) ; ils ont le goût et le don des titres électriques qui font fuser l'imaginaire ­ entre Rebels of the Neon god et Days of being wild, on a le fantasme hésitant ; ils sont jeunes, insolents et vaporisent ce petit coup d'air frais qui nous enjoint à tourner le regard vers l'Est ­ car à force de scruter l'horizon Hollywood, on commençait à souffrir d'un léger torticolis. Pour boucler ce tiroir où l'on aimerait regrouper Tsai et Wong, signalons que Vive l'amour et Chungking express démarrent sur les mêmes prémisses : le portrait d'une ville à travers les rencontres entre filles et garçons.[...]"

— Serge Kaganski, Les Inrockuptibles, 1994

SYNOPSIS


L'histoire de 3 personnages : une femme qui vit seule et a désespérément besoin d'être aimée, un jeune homosexuel qui a envie de tomber amoureux et un jeune homme libre comme l'air qui ne recherche ni l'un, ni l'autre.

Réalisation

Tsai Ming-Liang

Avec

Chen Chao-Jung, Lee Kang-Sheng, Yang Kuei-Mei