CINÉMA

MADAME

DE STÉPHANE RIETHAUSER

SUISSE

2020

1H33

DOCUMENTAIRE

VF

→ Mention Spéciale du Jury au Festival International du Documentaire de Buenos Aires

"«On ne naît pas femme, on le devient.» Il m’a fallu longtemps pour comprendre cette maxime de Simone de Beauvoir et réaliser le combat qu’a dû mener ma grand-mère Caroline pour exister. Il m’a fallu longtemps pour réaliser qu’il en va de même pour la gent masculine : je ne suis pas né homme, je le suis devenu. Selon des préceptes savamment entretenus par nos lois et nos coutumes judéo-chrétiennes, comme l’écrasante majorité des garçons, j’ai été formaté hétérosexuel, j’ai intégré le discours homophobe et le comportement machiste de rigueur pour jouer mon rôle de représentant du «sexe fort». Jusqu’à ce que je me rende compte que j’étais homosexuel et que je l’assume. J’ai alors soudain perdu les attributs de ma supposée virilité, je suis tombé dans la catégorie des faibles, des femmes, des pédés. Et j’ai dû me poser des questions sur le système de valeurs qui nous façonne, garçons et filles."

— Stéphane Riethauser

Stéphane Riethauser est né en 1972 à Genève. Il obtient une licence en droit à l’Université de Genève. Enseignant, activiste gay, photographe, journaliste, traducteur, réalisateur, il est également l’auteur de À visage découvert, un recueil de portraits photographiques sur le coming out (Ed.Slatkine, 2000) ainsi que de nombreux reportages pour la RTS (2003-2008). Depuis 2009, il vit et travaille entre Genève et Berlin en tant que réalisateur et producteur indépendant sous la bannière de sa société Lambda Prod.
 

SYNOPSIS


Saga familiale basée sur des images d’archives privées qui s’étalent sur trois générations. Madame crée un dialogue entre Caroline, une grand-mère au caractère flamboyant, et son petit-fils cinéaste Stéphane, lors duquel les tabous de la sexualité et du genre sont remis en question dans un monde patriarcal à priori hostile à la différence.

"Deux générations unies pour leur émancipation : Stéphanie Riethauser poursuit son dialogue intique avec sa grand-mère disparue en 2004.
Le dialogue s'était interrompu en 2004 quand Caroline, 95 ans, s'en est allée. Son petit-fils, Stéphane, son «chouchou», auquel elle avait porté durant toute sa vie une at­tention de louve, ne s'y est pas ré­solu. Devenu adulte et réalisateur, il a voulu reprendre la causerie, histoire de préciser à la vieille dame deux ou trois choses qui lui tenaient à cœur et qu'il n'avait osé dire à temps. Expliquer notam­ment pourquoi il avait tant tardé à (s')av<;mer son homqsexualité, et combien lui avait été difficile de se libérer du rôle auquel l'avait assigné son père. A savoir être un homme courageux, bagarreur (si nécessaire), séducteur auprès des femmes avant d'en épouser une qui soit douce.[...]"

— Véronique Cauhapé, Le Monde

 

Réalisation

Stéphanie Riethauser