CINÉMA

LES INVISIBLES

DE SÉBASTIEN LIFSHITZ

FRANCE

2012

1H55

VF

DOCUMENTAIRE

Cette programmation en ligne vous est proposée dans le cadre de la fermeture des théâtres et cinémas. Un moyen pour le Cinéma du TNB de poursuivre son accompagnement auprès du public, des artistes et de ses partenaires.

→ Projection en e-cinéma sur la plateforme de la 25èmeHeure du documentaire Les invisibles, suivie d'une rencontre avec le réalisateur, Sébastien Lifshitz.
 

COMMENT RÉSERVER VOTRE SÉANCE ?


→ À savoir : la séance est géolocalisée. Elle est en conséquence uniquement accessible aux personnes situées dans un périmètre de 40 km autour de Rennes.


→  ACHETEZ  votre billet au tarif unique de 6€


→ Nous vous conseillons de réserver votre place à l'avance : votre e-mail qui vous aura servi d'identifiant pour acheter votre billet sera également votre identifiant pour accéder à la séance de cinéma virtuelle.


→ Votre connexion se fera directement sur la plate-forme. Et, comme au cinéma, il faudra venir quelques minutes avant la séance pour ne pas manquer le début !

 

En cas de difficulté rencontrée, merci de contacter la 25ème heure sur distribution@25eheure.com. Si toutefois vous étiez perdu·e·s, voici un tuto pour vous aider à nous rejoindre https://vimeo.com/404910335


 

+ SYNOPSIS

Des hommes et des femmes, nés dans l'entre-deux-guerres. Ils n'ont aucun point commun sinon d'être homosexuels et d'avoir choisi de le vivre au grand jour, à une époque où la société les rejetait. Ils ont aimé, lutté, désiré, fait l'amour. Aujourd'hui, ils racontent ce que fut cette vie insoumise, partagée entre la volonté de rester des gens comme les autres et l'obligation de s'inventer une liberté pour s'épanouir. Ils n'ont eu peur de rien.

 

"En écoutant toutes ces personnes, je me suis dit à quel point chaque vie est un roman, et j’ai essayé de traduire ce romanesque en utilisant par exemple le format scope ou de la musique de film. J’ai employé délibérément les moyens du cinéma de fiction à l’intérieur d’un projet documentaire pour affirmer un point de vue et rendre le film le plus expressif possible. La picturalité des images nous éloigne ainsi du côté reportage et nous ramène, je l’espère, du côté du cinéma." 

— Sébastien Lifshitz, réalisateur