Théâtre National de Bretagne
Direction Arthur Nauzyciel

Le Magazine du TNB Image retour sur la une

RAPHAËLLE ROUSSEAU

Publié le 17/11/2021

Qu’est-ce qui vous étonne ?

Les gens toujours positifs

Celles et ceux qui savent garder leur sang-froid même dans des situations que je juge critiques

Le manque de lucidité sur soi-même

Lorsqu’une phrase, lue dans un livre par exemple ou prononcée par quelqu’un, donne la sensation de triompher de la complexité de la vie. Cette sensation de « reconnaissance » de quelque chose que l’on connaissait, que l’on avait à l’intérieur de soi pourtant mais que l’on ne parvenait pas à nommer.

Me sentir proche de quelqu’un que je n’ai pas connu

Me sentir proche de quelqu’un que je ne connais pas encore

Les liens, les connexions inconscientes et souterraines entre les êtres

Les coïncidences

Les signes que nous envoient la vie, en permanence.

 

Quel serait le projet personnel (théâtral ou non) que vous aimeriez réaliser au sortir de vos 3 années d’École ?

J’aimerais continuer le projet que j’ai entamé lors de ma deuxième année au TNB, l’écriture d’un spectacle solo sur Delphine Seyrig : Discussion avec DS : Je ne suis pas une apparition. 

 

Ce projet est né, évidemment, de mon admiration pour elle, pour l'actrice qu'elle était surtout et puis de mon plaisir à l'imiter : cette voix et cette façon de parler si particulière « comme si elle venait de manger un fruit et que sa bouche en était encore toute humectée » comme écrivait Marguerite Duras à sa mort. Il y a quelque chose de très étrange avec Delphine Seyrig c'est qu'elle est la seule – parmi d'autres actrices que j'admire – dont je me sens étonnamment proche, comme une sorte de marraine, de gentil fantôme ou que sais-je. J'aurais follement aimé la connaître. Et c'est ce que ce spectacle vient réparer.

 

De cette nécessité est né le dispositif et point de départ du spectacle : un montage sonore à partir de vraies archives audio de sa voix, que je découpe et monte à l’envie et avec lesquelles je dialogue, sur scène, en direct. Je lui fais dire ce qui me plaît. On parle de cinéma, du métier d’actrice, de ses joies et de ses difficultés, on parle de la vie après la mort ou de soupe poireaux pommes de terre et de ses chats…. Tout sauf un spectacle "biographique" donc. Peut-être même pas un spectacle du tout, mais un fantasme, une tentative, la tentative d’une rencontre impossible, quelque chose d’éclaté, d’inachevé, comme une discussion.

 

C’est peut-être simplement pour cela que je le fais : parler avec elle. Ou peut-être encore pour cela précisément : grâce au théâtre, rallier un peu le monde des morts et des vivants. Je pense son nom et elle est là, comme une apparition. Peut-être donc la convocation d’un fantôme bien aimé, l’apparition de l’actrice admirée à son admiratrice et l’expérience d’une discussion rêvée - et bel et bien vécue le temps du plateau - de femme accomplie et disparue à jeune femme en construction, bien vivante. C’est peut-être l’histoire d’une transmission.

 

Quelle actrice imaginez-vous être dans l’avenir ?

Je pense que l’acteur·rice n’est pas différent de la personne qu’on est. C’est, pour moi, absolument la même chose. Je ne peux pas dire ce que je serai dans 10 ans, quelle femme je serai devenue et c’est ce qui me plaît. Pendant mes premières années de formation au théâtre, il y a 5 ans, j’étais pleine de certitudes sur l’actrice/artiste que j’allais ou voulais devenir.

 

Le TNB m’a prouvé que l’on était toujours une surprise pour soi-même, pour le meilleur comme pour le pire d'ailleurs... et c’est ce que je trouve excitant – entre autres – dans la vie. Je ne voudrais donc surtout pas imaginer quelle actrice je serai dans l'avenir. Tout ce que je sais c’est que je serai constituée de mes rencontres et de mes choix tout autant que de mes renoncements. C’est ce que le TNB m’a appris et c’est ce qui me plait. La vie me le dira.

 

RAPHAËLLE ROUSSEAU

Publié le 17/11/2021

Qu’est-ce qui vous étonne ?

Les gens toujours positifs

Celles et ceux qui savent garder leur sang-froid même dans des situations que je juge critiques

Le manque de lucidité sur soi-même

Lorsqu’une phrase, lue dans un livre par exemple ou prononcée par quelqu’un, donne la sensation de triompher de la complexité de la vie. Cette sensation de « reconnaissance » de quelque chose que l’on connaissait, que l’on avait à l’intérieur de soi pourtant mais que l’on ne parvenait pas à nommer.

Me sentir proche de quelqu’un que je n’ai pas connu

Me sentir proche de quelqu’un que je ne connais pas encore

Les liens, les connexions inconscientes et souterraines entre les êtres

Les coïncidences

Les signes que nous envoient la vie, en permanence.

 

Quel serait le projet personnel (théâtral ou non) que vous aimeriez réaliser au sortir de vos 3 années d’École ?

J’aimerais continuer le projet que j’ai entamé lors de ma deuxième année au TNB, l’écriture d’un spectacle solo sur Delphine Seyrig : Discussion avec DS : Je ne suis pas une apparition. 

 

Ce projet est né, évidemment, de mon admiration pour elle, pour l'actrice qu'elle était surtout et puis de mon plaisir à l'imiter : cette voix et cette façon de parler si particulière « comme si elle venait de manger un fruit et que sa bouche en était encore toute humectée » comme écrivait Marguerite Duras à sa mort. Il y a quelque chose de très étrange avec Delphine Seyrig c'est qu'elle est la seule – parmi d'autres actrices que j'admire – dont je me sens étonnamment proche, comme une sorte de marraine, de gentil fantôme ou que sais-je. J'aurais follement aimé la connaître. Et c'est ce que ce spectacle vient réparer.

 

De cette nécessité est né le dispositif et point de départ du spectacle : un montage sonore à partir de vraies archives audio de sa voix, que je découpe et monte à l’envie et avec lesquelles je dialogue, sur scène, en direct. Je lui fais dire ce qui me plaît. On parle de cinéma, du métier d’actrice, de ses joies et de ses difficultés, on parle de la vie après la mort ou de soupe poireaux pommes de terre et de ses chats…. Tout sauf un spectacle "biographique" donc. Peut-être même pas un spectacle du tout, mais un fantasme, une tentative, la tentative d’une rencontre impossible, quelque chose d’éclaté, d’inachevé, comme une discussion.

 

C’est peut-être simplement pour cela que je le fais : parler avec elle. Ou peut-être encore pour cela précisément : grâce au théâtre, rallier un peu le monde des morts et des vivants. Je pense son nom et elle est là, comme une apparition. Peut-être donc la convocation d’un fantôme bien aimé, l’apparition de l’actrice admirée à son admiratrice et l’expérience d’une discussion rêvée - et bel et bien vécue le temps du plateau - de femme accomplie et disparue à jeune femme en construction, bien vivante. C’est peut-être l’histoire d’une transmission.

 

Quelle actrice imaginez-vous être dans l’avenir ?

Je pense que l’acteur·rice n’est pas différent de la personne qu’on est. C’est, pour moi, absolument la même chose. Je ne peux pas dire ce que je serai dans 10 ans, quelle femme je serai devenue et c’est ce qui me plaît. Pendant mes premières années de formation au théâtre, il y a 5 ans, j’étais pleine de certitudes sur l’actrice/artiste que j’allais ou voulais devenir.

 

Le TNB m’a prouvé que l’on était toujours une surprise pour soi-même, pour le meilleur comme pour le pire d'ailleurs... et c’est ce que je trouve excitant – entre autres – dans la vie. Je ne voudrais donc surtout pas imaginer quelle actrice je serai dans l'avenir. Tout ce que je sais c’est que je serai constituée de mes rencontres et de mes choix tout autant que de mes renoncements. C’est ce que le TNB m’a appris et c’est ce qui me plait. La vie me le dira.

 

EN ÉCHO

Festival TNB

>

PASCAL RAMBERT

DREAMERS

Pascal Rambert a écouté ce qui hante les nuits des 20 interprètes tout juste sorti·es de l’École du TNB. Il a récolté une matière brute en provenance ...
Lire la suite

artiste associée

PHIA MÉNARD

FICTION FRICTION

Phia Ménard crée avec la promotion sortante de l’École du TNB une représentation comme une sculpture vivante traversée par ce qui fait lien entre indi...
Lire la suite

Festival TNB

MOHAMED EL KHATIB

MES PARENTS

Filmé·es depuis leurs domiciles à la demande de Mohamed El Khatib pendant le confinement, les 20 acteur·rices de la promotion 10 issu·es de l’École du...
Lire la suite

Création

WITOLD GOMBROWICZ / MADELEINE LOUARN & JEAN-FRANÇOIS AUGUSTE / PROMOTION 10 ÉCOLE DU TNB

OPÉRETTE

Au centre de ce spectacle, il y a la rencontre des jeunes acteur·rices de la promotion 10 de l’école du TNB avec les acteur·rices en situation de hand...
Lire la suite

>

YVES-NOËL GENOD

J'AI MENTI

Performeur et metteur en scène, Yves-Noël Genod suggère un théâtre fabriqué d’inconnu, de réel et de chimères. Entre poésie et pulsion, il entraîne av...
Lire la suite

ÉCOUTER

>

EN ÉCHO À "UNE SAISON À L'ÉCOLE"

PLAYLIST "J'AI MENTI"

Avant le confinement, les élèves présentaient chaque soir le projet Une saison à l’École dont l’objectif était de les faire jouer 5 mois de janvier à ...
Écouter le podcast

ÉCOUTER

>

EN ÉCHO À "UNE SAISON À L'ÉCOLE"

CORRESPONDANCE AVEC YVES-NOËL GENOD

Avant le confinement, les élèves présentaient chaque soir le projet Une saison à l’École : 5 mois de jeu en public, de janvier à mai, afin de leur per...
Écouter le podcast

VOIR

>

EN ÉCHO À "UNE SAISON À L'ÉCOLE"

LA GRENADE

Ce processus artistique et pédagogique s’est inévitablement interrompu en milieu de parcours, mais les élèves ont souhaité continuer à faire vivre cet...
Voir la video

LIRE

PROMOTION 10

PORTRAITS D’ACTEUR·RICES

Parmi ces 1065 candidat·es, les 20 futur·es élèves de la promotion 10 ont partagé à travers ce dossier leur vision du théâtre et des arts, leur sensib...
Lire la suite

LIRE

PROMOTION 10

LES INTERVENANTS

À l’image du TNB, ce projet conçu autour de la communauté des artistes associé·es au TNB développe une formation de l’acteur·ice pluridisciplinaire et...
Lire la suite