Le Magazine du TNB Image retour sur la une

AMÉLIE GRATIAS

Publié le 17/11/2021

Qu’est-ce qui vous étonne ?

Je ne sais pas bien le dire. Beaucoup de choses m’étonnent. Jamais les mêmes choses. Jamais pour les mêmes raisons. C’est imprévisible l’étonnement. C’est ça qui est beau, non ? Ne pas savoir à l’avance ce qui nous étonne. Ne pas savoir non plus la manière dont l’étonnement va se manifester. Ça c’est étonnant, un étonnement c’est toujours inédit, même quand on a déjà été étonné. C’est une éternelle première fois l’étonnement.

 

Racontez un moment de théâtre ou de danse marquant pour vous (ces 3 dernières années).

Je suis au 4e rang de la grande salle. À cause des idées reçues ou des on-dit je me dis bêtement de-toute-façon-je-ne-vais-pas-aimer. Et puis ça commence. Et puis je suis saisie. Littéralement saisie. Je n’ai pas les mots pour raconter ça. C’est comme une explosion dans mon corps. Être dans les premiers rangs pour recevoir ça c’est terrassant. Je m’étais trompée. Quel bonheur !  Je ne lis même plus les surtitres, je suis aspirée par ce langage. Le salue m’achève. Je ne pensais pas qu’on pouvait me conquérir au moment d’un salut. (The Scarlet Letter d’Angelica Liddell)

 

Autre moment marquant. Je suis tout en haut, tout tout en haut. Je ne vais rien voir je me dis tout aussi bêtement. J’ai tout vu. Même l’invisible. La parabole géante me sidère, les corps qui défient la gravité et la vie qui les accompagne me sidèrent, je suis aspirée dans un Mystère. Et ça me fait pleurer. Ça pleure sur mon visage. Je ne sais même pas ce qui se pleure sur mon visage. (Omphalos de Damien Jalet)

 

Si vous faites du théâtre, c’est pour vous adresser à qui ?

Aux vivant·es.

Aux mort·es.

Aux mémoires passées, à celles futures.

À celle ou celui qui aura besoin d’entendre d’écouter de ressentir cette chose-là à ce moment-là et ça je ne peux pas le présumer à l’avance. Je ne veux pas le présumer.

Sur le théâtre nous sommes comme des passeurs des interprètes des intermédiaires des transmetteurs. Je ne sais pas précisément à « qui » je m’adresse, surtout que cela change et changera à travers le temps, et cela me plait, mais je sais quels mots je prononce, quel corps je propose, quel espace j’offre, quelle écoute je tente de créer et quel lien je tente d’établir de donner à celle ou celui qui sera prêt à recevoir parce que les circonstances nous ont réunis.

 

AMÉLIE GRATIAS

Publié le 17/11/2021

Qu’est-ce qui vous étonne ?

Je ne sais pas bien le dire. Beaucoup de choses m’étonnent. Jamais les mêmes choses. Jamais pour les mêmes raisons. C’est imprévisible l’étonnement. C’est ça qui est beau, non ? Ne pas savoir à l’avance ce qui nous étonne. Ne pas savoir non plus la manière dont l’étonnement va se manifester. Ça c’est étonnant, un étonnement c’est toujours inédit, même quand on a déjà été étonné. C’est une éternelle première fois l’étonnement.

 

Racontez un moment de théâtre ou de danse marquant pour vous (ces 3 dernières années).

Je suis au 4e rang de la grande salle. À cause des idées reçues ou des on-dit je me dis bêtement de-toute-façon-je-ne-vais-pas-aimer. Et puis ça commence. Et puis je suis saisie. Littéralement saisie. Je n’ai pas les mots pour raconter ça. C’est comme une explosion dans mon corps. Être dans les premiers rangs pour recevoir ça c’est terrassant. Je m’étais trompée. Quel bonheur !  Je ne lis même plus les surtitres, je suis aspirée par ce langage. Le salue m’achève. Je ne pensais pas qu’on pouvait me conquérir au moment d’un salut. (The Scarlet Letter d’Angelica Liddell)

 

Autre moment marquant. Je suis tout en haut, tout tout en haut. Je ne vais rien voir je me dis tout aussi bêtement. J’ai tout vu. Même l’invisible. La parabole géante me sidère, les corps qui défient la gravité et la vie qui les accompagne me sidèrent, je suis aspirée dans un Mystère. Et ça me fait pleurer. Ça pleure sur mon visage. Je ne sais même pas ce qui se pleure sur mon visage. (Omphalos de Damien Jalet)

 

Si vous faites du théâtre, c’est pour vous adresser à qui ?

Aux vivant·es.

Aux mort·es.

Aux mémoires passées, à celles futures.

À celle ou celui qui aura besoin d’entendre d’écouter de ressentir cette chose-là à ce moment-là et ça je ne peux pas le présumer à l’avance. Je ne veux pas le présumer.

Sur le théâtre nous sommes comme des passeurs des interprètes des intermédiaires des transmetteurs. Je ne sais pas précisément à « qui » je m’adresse, surtout que cela change et changera à travers le temps, et cela me plait, mais je sais quels mots je prononce, quel corps je propose, quel espace j’offre, quelle écoute je tente de créer et quel lien je tente d’établir de donner à celle ou celui qui sera prêt à recevoir parce que les circonstances nous ont réunis.

 

EN ÉCHO

Festival TNB

>

PASCAL RAMBERT

DREAMERS

Pascal Rambert a écouté ce qui hante les nuits des 20 interprètes tout juste sorti·es de l’École du TNB. Il a récolté une matière brute en provenance ...
Lire la suite

artiste associée

PHIA MÉNARD

FICTION FRICTION

Phia Ménard crée avec la promotion sortante de l’École du TNB une représentation comme une sculpture vivante traversée par ce qui fait lien entre indi...
Lire la suite

Festival TNB

MOHAMED EL KHATIB

MES PARENTS

Filmé·es depuis leurs domiciles à la demande de Mohamed El Khatib pendant le confinement, les 20 acteur·rices de la promotion 10 issu·es de l’École du...
Lire la suite

Création

WITOLD GOMBROWICZ / MADELEINE LOUARN & JEAN-FRANÇOIS AUGUSTE / PROMOTION 10 ÉCOLE DU TNB

OPÉRETTE

Au centre de ce spectacle, il y a la rencontre des jeunes acteur·rices de la promotion 10 de l’école du TNB avec les acteur·rices en situation de hand...
Lire la suite

PAUL CLAUDEL / GILLES BLANCHARD

LE PÈRE HUMILIÉ

Deux frères soldats dans l’armée papale, amoureux d’une même aveugle, fille d’une juive convertie, à l’aube des conflits pour l’unification de l’Itali...
Lire la suite

ÉCOUTER

>

EN ÉCHO À "UNE SAISON À L'ÉCOLE"

À PROPOS DE "LE PÈRE HUMILIÉ"

Avant le confinement, les élèves présentaient chaque soir le projet Une saison à l’École dont l’objectif était de les faire jouer 5 mois de janvier à ...
Écouter le podcast

ÉCOUTER

>

EN ÉCHO À "UNE SAISON À L'ÉCOLE"

LETTRE À YSÉ, PAUL CLAUDEL

En écho à Le Père humilié dans lequel musique et vers claudéliens se mêlaient dans la salle Paradis, les élèves vous partagent une sélection en musiqu...
Écouter le podcast

VOIR

>

EN ÉCHO À "UNE SAISON À L'ÉCOLE"

LA GRENADE

Ce processus artistique et pédagogique s’est inévitablement interrompu en milieu de parcours, mais les élèves ont souhaité continuer à faire vivre cet...
Voir la video

LIRE

ÉTUDIANT·ES NOMADES

AMÉLIE EN SARDAIGNE

Cette semaine, suivez Amélie Gratias en stage au Sardegna Teatro en Sardaigne (Italie).   Peux-tu nous présenter la structure dans laquelle tu e...
Lire la suite

STEVEN COHEN / AMÉLIE GRATIAS / MAXIME THÉBAULT / MATHILDE VISEUX

FROM OUTSIDE IN

C’est le hasard d’une rencontre qui a créé une évidence entre Steven Cohen et 3 jeunes performeur·euses issu·es de la promotion 10 de l’École du TNB. ...
Lire la suite

VOIR

>

À PROPOS DE "FROM OUTSIDE IN"

INTERVIEW DE STEVEN COHEN, AMÉLIE GRATIAS, MAXIME THÉBAULT ET MATHILDE VISEUX

From Outside In est une œuvre hybride composée de 4 « partitions » (iBall / Therefore I am / Premier contact / Breathing Eyes) qui se confrontent pour...
Voir la video

LIRE

PROMOTION 10

PORTRAITS D’ACTEUR·RICES

Parmi ces 1065 candidat·es, les 20 futur·es élèves de la promotion 10 ont partagé à travers ce dossier leur vision du théâtre et des arts, leur sensib...
Lire la suite

LIRE

PROMOTION 10

LES INTERVENANTS

À l’image du TNB, ce projet conçu autour de la communauté des artistes associé·es au TNB développe une formation de l’acteur·ice pluridisciplinaire et...
Lire la suite