Le Magazine du TNB Image retour sur la une

FESTIVAL TNB X LES INROCKS

ANTIGONE À MOLENBEEK & TIRÉSIAS

Publié le 05/11/2021

 

Critique de Patrick Sourd réalisée pour le supplément des Inrocks consacré au Festival TNB, à propos de Antigone à Molenbeek & Tirésias de Guy Cassier, présenté du 24 au 27 novembre au TNB.

Dans un diptyque mêlant deux monologues, le Flamand Guy Cassiers revisite avec brio deux figures victimaires de la tragédie grecque pour dénoncer l’état du monde d’aujourd’hui.

 

Dans Antigone à Molenbeek & Tirésias, Guy Cassiers s’empare de deux textes contemporains pour revisiter la mythologie et faire écho à notre époque, tant sur le plan du politique que de l’intime et du sociétal. Le spectacle se déploie à travers les monologues de deux comédiennes évoluant dans un décor unique aux allures d’étrange laboratoire de recherche en arts plastiques. Deux parcours singuliers pour la traversée d’une installation où chacune va être confrontée aux objectifs d’une myriade de caméras qui les traquent sans répit.

 

La musique accompagne l’action à la manière du chœur dans les tragédies grecques. Elle distille l’écrin musical commun aux deux récits à travers les quatuors à cordes n° 8, 11 et 15 de Dmitri Chostakovitch. Dans Antigone à Molenbeek de Stefan Hertmans, Guy Cassiers questionne deux versants d’une même barbarie pour renvoyer dos à dos le terrorisme et la raison d’État. “Enterrer des morts est l’un des plus anciens rituels de l’humanité, rappelle le metteur en scène. Mais le frère de Nouria est un jihadiste mort dans l’attentat suicide qu’il a commis. Et cela change tout.”

« Une splendide partition offerte à Valérie Dréville, qui s’en acquitte avec la magie d’une chamane dont les incantations aussi tendres qu’hypnotiques sont purement bouleversantes. »

Sur les traces de l’illustre Antigone, le combat de Nouria (Ghita Serraj) est celui d’une jeune femme qui se retrouve hors la loi en refusant de transiger avec son droit immémorial de rendre un dernier hommage à son frère. Avec Tirésias, la réécriture du mythe par l’auteur·trice Kae Tempest permet à l’artiste flamand de s’interroger sur la théorie du genre et les sombres perspectives liées au futur de la planète. Rappelons que Tirésias est né homme et qu’il devient femme pour un temps, avant que sa destinée le transforme en devin aveugle, désigné par tous·tes comme le porteur maudit de visions présageant du pire pour l’humanité.

 

Une splendide partition offerte à Valérie Dréville, qui s’en acquitte avec la magie d’une chamane dont les incantations aussi tendres qu’hypnotiques sont purement bouleversantes.

 

 

— Patrick Sourd pour le supplément des Inrocks, octobre 2021

 

Le Magazine du TNB

 

Critique de Patrick Sourd réalisée pour le supplément des Inrocks consacré au Festival TNB, à propos de Antigone à Molenbeek & Tirésias de Guy Cassier, présenté du 24 au 27 novembre au TNB.

FESTIVAL TNB X LES INROCKS

ANTIGONE À MOLENBEEK & TIRÉSIAS

Publié le 05/11/2021

 

Critique de Patrick Sourd réalisée pour le supplément des Inrocks consacré au Festival TNB, à propos de Antigone à Molenbeek & Tirésias de Guy Cassier, présenté du 24 au 27 novembre au TNB.

Dans un diptyque mêlant deux monologues, le Flamand Guy Cassiers revisite avec brio deux figures victimaires de la tragédie grecque pour dénoncer l’état du monde d’aujourd’hui.

 

Dans Antigone à Molenbeek & Tirésias, Guy Cassiers s’empare de deux textes contemporains pour revisiter la mythologie et faire écho à notre époque, tant sur le plan du politique que de l’intime et du sociétal. Le spectacle se déploie à travers les monologues de deux comédiennes évoluant dans un décor unique aux allures d’étrange laboratoire de recherche en arts plastiques. Deux parcours singuliers pour la traversée d’une installation où chacune va être confrontée aux objectifs d’une myriade de caméras qui les traquent sans répit.

 

La musique accompagne l’action à la manière du chœur dans les tragédies grecques. Elle distille l’écrin musical commun aux deux récits à travers les quatuors à cordes n° 8, 11 et 15 de Dmitri Chostakovitch. Dans Antigone à Molenbeek de Stefan Hertmans, Guy Cassiers questionne deux versants d’une même barbarie pour renvoyer dos à dos le terrorisme et la raison d’État. “Enterrer des morts est l’un des plus anciens rituels de l’humanité, rappelle le metteur en scène. Mais le frère de Nouria est un jihadiste mort dans l’attentat suicide qu’il a commis. Et cela change tout.”

« Une splendide partition offerte à Valérie Dréville, qui s’en acquitte avec la magie d’une chamane dont les incantations aussi tendres qu’hypnotiques sont purement bouleversantes. »

Sur les traces de l’illustre Antigone, le combat de Nouria (Ghita Serraj) est celui d’une jeune femme qui se retrouve hors la loi en refusant de transiger avec son droit immémorial de rendre un dernier hommage à son frère. Avec Tirésias, la réécriture du mythe par l’auteur·trice Kae Tempest permet à l’artiste flamand de s’interroger sur la théorie du genre et les sombres perspectives liées au futur de la planète. Rappelons que Tirésias est né homme et qu’il devient femme pour un temps, avant que sa destinée le transforme en devin aveugle, désigné par tous·tes comme le porteur maudit de visions présageant du pire pour l’humanité.

 

Une splendide partition offerte à Valérie Dréville, qui s’en acquitte avec la magie d’une chamane dont les incantations aussi tendres qu’hypnotiques sont purement bouleversantes.

 

 

— Patrick Sourd pour le supplément des Inrocks, octobre 2021

 

EN ÉCHO

Création

STEFAN HERTMANS & KAE TEMPEST / GUY CASSIERS

ANTIGONE À MOLENBEEK & TIRÉSIAS

Le belge Guy Cassiers, figure éminente d’une mise en scène plastique et politique, fond en un diptyque 2 monologues. Dans la première partie, signée p...
Lire la suite