Théâtre National de Bretagne
Direction Arthur Nauzyciel

Le Magazine du TNB Image retour sur la une

FESTIVAL TNB X LES INROCKS

ÂME SŒUR

Publié le 07/11/2023

 

Seule-en-scène émouvant pour un dialogue sorcier entre la jeune Raphaëlle Rousseau et l’immense Delphine Seyrig.

C’est l’histoire d’une obsession pour une star qui se concrétise dans une rencontre impossible longtemps fantasmée. Durant son cursus d’élève comédienne à l’École du Théâtre National de Bretagne, Raphaëlle Rousseau avait tant d’empathie pour l’actrice Delphine Seyrig qu’il lui arrivait de prendre sa voix pour gagner en confiance lors de ses prises de rôle. Elle précise : “J’avais parfois recours à elle pour me trouver moi.

Avec Discussion avec DS, la comédienne signe un spectacle irrésistible. Une drôle de séance de spiritisme où elle provoque un rituel avec l’au-delà pour convoquer son idole. “C’est né de l’envie que j’avais de parler avec Delphine Seyrig, envie qui n’a jamais pu s’accomplir puisqu’elle a disparu deux ans avant ma naissance. Or le théâtre est le seul endroit où l’on peut réparer ces choses-là. C’est le lieu de la réparation du réel par la fiction.” Confiante dans les possibles de son métier d’actrice, elle invente une discussion sur mesure : “Une heure avec celle à qui j’aurais aimé poser toutes les questions pour commencer ma vie d’actrice. C’est une conversation entre l’idole, l’icône disparue, l’actrice accomplie, le fantôme, et une jeune actrice en train d’éclore.

Le plateau, plongé dans la pénombre, est seulement éclairé par une multitude de bougies de toutes tailles. Le décor se résume à une collection de photos de Delphine Seyrig réunies comme autant d’ex-voto dans une chapelle ardente. Au centre de l’installation, un flight-case noir à roulettes aux dimensions d’un cercueil fait figure d’autel. Tout est réuni pour le cérémonial d’une drôle de messe noire ayant pour but de capter l’âme de l’actrice aimée. Sa voix, extraite d’une série d’interviews, commence par se manifester errant dans les cintres du théâtre, avant d’accepter le deal de s’inviter dans le corps de l’impétrante pour une transe délicate qui a le charme d’une discussion à bâtons rompus.

Réalisant son rêve, Raphaëlle Rousseau profite de l’occasion pour couper le cordon avec celle qui l’accompagne depuis tant d’années et exorciser son addiction. “Je n’allais pas passer toute ma vie par Delphine Seyrig pour me trouver moi-même.” La belle ambition d’un doux hommage qui se transforme en acte de libération. 

— Les Inrocks, Patrick Sourd

 

 

 

Photo © Estelle Hanania

Le Magazine du TNB

 

Seule-en-scène émouvant pour un dialogue sorcier entre la jeune Raphaëlle Rousseau et l’immense Delphine Seyrig.

FESTIVAL TNB X LES INROCKS

ÂME SŒUR

Publié le 07/11/2023

 

Seule-en-scène émouvant pour un dialogue sorcier entre la jeune Raphaëlle Rousseau et l’immense Delphine Seyrig.

C’est l’histoire d’une obsession pour une star qui se concrétise dans une rencontre impossible longtemps fantasmée. Durant son cursus d’élève comédienne à l’École du Théâtre National de Bretagne, Raphaëlle Rousseau avait tant d’empathie pour l’actrice Delphine Seyrig qu’il lui arrivait de prendre sa voix pour gagner en confiance lors de ses prises de rôle. Elle précise : “J’avais parfois recours à elle pour me trouver moi.

Avec Discussion avec DS, la comédienne signe un spectacle irrésistible. Une drôle de séance de spiritisme où elle provoque un rituel avec l’au-delà pour convoquer son idole. “C’est né de l’envie que j’avais de parler avec Delphine Seyrig, envie qui n’a jamais pu s’accomplir puisqu’elle a disparu deux ans avant ma naissance. Or le théâtre est le seul endroit où l’on peut réparer ces choses-là. C’est le lieu de la réparation du réel par la fiction.” Confiante dans les possibles de son métier d’actrice, elle invente une discussion sur mesure : “Une heure avec celle à qui j’aurais aimé poser toutes les questions pour commencer ma vie d’actrice. C’est une conversation entre l’idole, l’icône disparue, l’actrice accomplie, le fantôme, et une jeune actrice en train d’éclore.

Le plateau, plongé dans la pénombre, est seulement éclairé par une multitude de bougies de toutes tailles. Le décor se résume à une collection de photos de Delphine Seyrig réunies comme autant d’ex-voto dans une chapelle ardente. Au centre de l’installation, un flight-case noir à roulettes aux dimensions d’un cercueil fait figure d’autel. Tout est réuni pour le cérémonial d’une drôle de messe noire ayant pour but de capter l’âme de l’actrice aimée. Sa voix, extraite d’une série d’interviews, commence par se manifester errant dans les cintres du théâtre, avant d’accepter le deal de s’inviter dans le corps de l’impétrante pour une transe délicate qui a le charme d’une discussion à bâtons rompus.

Réalisant son rêve, Raphaëlle Rousseau profite de l’occasion pour couper le cordon avec celle qui l’accompagne depuis tant d’années et exorciser son addiction. “Je n’allais pas passer toute ma vie par Delphine Seyrig pour me trouver moi-même.” La belle ambition d’un doux hommage qui se transforme en acte de libération. 

— Les Inrocks, Patrick Sourd

 

 

 

Photo © Estelle Hanania

EN ÉCHO

Festival TNB

RAPHAËLLE ROUSSEAU

DISCUSSION AVEC DS

La voix et la présence de Delphine Seyrig ont fasciné les cinéastes, metteurs et metteuses en scène d’avant-garde des années 60-70. 33 ans après sa di...
Lire la suite

FESTIVAL TNB 2023

    Le Festival TNB, imaginé depuis 2017 est un précipité créatif pendant lequel, ensemble, spectateurs, spectatrices, artistes confirmé·es ou j...
Lire la suite