Le Magazine du TNB Image retour sur la une

EN SERVICE CIVIQUE AU TNB

PORTRAIT DE SAMBASSA SYLLA

Publié le 22/03/2021

Dans le cadre de la Saison Africa2020 et grâce à une coopération inédite entre France Volontaires, l’Institut français, l’AFD – Agence Française de Développement et l’Agence du Service Civique, 11 jeunes venu·es de 11 pays d’Afrique débutent une mission de service civique en janvier 2021. L’équipe du TNB est heureuse d'accueillir Sambassa Sylla.

Peux-tu te présenter en quelques mots ?
Bonjour. Je m'appelle Sambassa Sylla, j'ai 23 ans, je suis Guinéen, étudiant en journalisme et je suis en service civique au TNB dans le cadre de la saison Africa2020.

« Contribuer à une meilleure connaissance de l'Afrique en France à travers les arts et les cultures africaines »

Que représente Africa2020 pour toi ?
Africa2020 représente pour moi des opportunités. Celle de contribuer à une meilleure connaissance de l'Afrique en France à travers les arts et les cultures africaines. Celles de promouvoir ces arts et ces cultures-là. Mais aussi celle de voyager de Conakry à Rennes, de rencontrer, de découvrir, d'échanger, de partager, d'apprendre, de donner et de recevoir.

 

Pourquoi avoir choisi de venir au TNB ?
C'est venu assez naturellement. J'avais déjà fait du bénévolat pour le festival Univers des Mots à Conakry. Ce festival utilisait les arts, le théâtre notamment, pour sensibiliser et inciter les populations aux changements de comportement. J'ai trouvé leur approche originale et j'aimais de plus en plus l'univers théâtral. Du coup dès que j'ai entendu le mot « théâtre » dans le sigle de votre enseigne, je me suis dit d'emblée : This is where I wanna go!

 

Une expérience marquante depuis ton arrivée ?
Le froid. Débarquer dans une ville française en hiver, avec une température de 8° alors que j’étais sous 38° une semaine plus tôt, c'est éprouvant. C'était un choc météorologique ! J'ai eu la peau craquelée et les lèvres gercées. Je me suis dit qu’en fait la France est un congélateur à ciel ouvert.

 

Quel est ton lieu préféré à Rennes et pourquoi ?
La place Charles-de-Gaulle. Parce que c'est grand. J'aime avoir de l'espace autour de moi. Parce que c'est un endroit idéal pour faire du vélo et rencontrer du monde. Et parce qu'on peut contempler l'architecture du musée de Bretagne et la forme circulaire de son planétarium.

 

Pourrais-tu nous partager une œuvre que tu aimes particulièrement (musique, livres, etc.) ?
Cher Ijeawele ou un manifeste pour une éducation féministe de Chimamanda Ngozi Adichie. Ce manifeste, pour moi, c'est un peu comme les 10 commandements bibliques. On y apprend à interroger notre éducation, à élever nos enfants dans l'égalité des sexes, à déconstruire notre sexisme. C’est un sujet qui me passionne.

 

Quels sont tes projets à la suite de ton service civique ?
J'envisage de faire un master en communication. Ou en arts vivants en me spécialisant en théâtre. Ensuite ouvrir un centre culturel à Kindia, en Guinée, pour que la jeunesse de cette ville vienne y exprimer son talent. Et devenir auteur aussi, pourquoi pas ? En espérant que mes pièces soient mises en scène ici au TNB !

 

 

Le Magazine du TNB

Dans le cadre de la Saison Africa2020 et grâce à une coopération inédite entre France Volontaires, l’Institut français, l’AFD – Agence Française de Développement et l’Agence du Service Civique, 11 jeunes venu·es de 11 pays d’Afrique débutent une mission de service civique en janvier 2021. L’équipe du TNB est heureuse d'accueillir Sambassa Sylla.

EN SERVICE CIVIQUE AU TNB

PORTRAIT DE SAMBASSA SYLLA

Publié le 22/03/2021

Dans le cadre de la Saison Africa2020 et grâce à une coopération inédite entre France Volontaires, l’Institut français, l’AFD – Agence Française de Développement et l’Agence du Service Civique, 11 jeunes venu·es de 11 pays d’Afrique débutent une mission de service civique en janvier 2021. L’équipe du TNB est heureuse d'accueillir Sambassa Sylla.

Peux-tu te présenter en quelques mots ?
Bonjour. Je m'appelle Sambassa Sylla, j'ai 23 ans, je suis Guinéen, étudiant en journalisme et je suis en service civique au TNB dans le cadre de la saison Africa2020.

« Contribuer à une meilleure connaissance de l'Afrique en France à travers les arts et les cultures africaines »

Que représente Africa2020 pour toi ?
Africa2020 représente pour moi des opportunités. Celle de contribuer à une meilleure connaissance de l'Afrique en France à travers les arts et les cultures africaines. Celles de promouvoir ces arts et ces cultures-là. Mais aussi celle de voyager de Conakry à Rennes, de rencontrer, de découvrir, d'échanger, de partager, d'apprendre, de donner et de recevoir.

 

Pourquoi avoir choisi de venir au TNB ?
C'est venu assez naturellement. J'avais déjà fait du bénévolat pour le festival Univers des Mots à Conakry. Ce festival utilisait les arts, le théâtre notamment, pour sensibiliser et inciter les populations aux changements de comportement. J'ai trouvé leur approche originale et j'aimais de plus en plus l'univers théâtral. Du coup dès que j'ai entendu le mot « théâtre » dans le sigle de votre enseigne, je me suis dit d'emblée : This is where I wanna go!

 

Une expérience marquante depuis ton arrivée ?
Le froid. Débarquer dans une ville française en hiver, avec une température de 8° alors que j’étais sous 38° une semaine plus tôt, c'est éprouvant. C'était un choc météorologique ! J'ai eu la peau craquelée et les lèvres gercées. Je me suis dit qu’en fait la France est un congélateur à ciel ouvert.

 

Quel est ton lieu préféré à Rennes et pourquoi ?
La place Charles-de-Gaulle. Parce que c'est grand. J'aime avoir de l'espace autour de moi. Parce que c'est un endroit idéal pour faire du vélo et rencontrer du monde. Et parce qu'on peut contempler l'architecture du musée de Bretagne et la forme circulaire de son planétarium.

 

Pourrais-tu nous partager une œuvre que tu aimes particulièrement (musique, livres, etc.) ?
Cher Ijeawele ou un manifeste pour une éducation féministe de Chimamanda Ngozi Adichie. Ce manifeste, pour moi, c'est un peu comme les 10 commandements bibliques. On y apprend à interroger notre éducation, à élever nos enfants dans l'égalité des sexes, à déconstruire notre sexisme. C’est un sujet qui me passionne.

 

Quels sont tes projets à la suite de ton service civique ?
J'envisage de faire un master en communication. Ou en arts vivants en me spécialisant en théâtre. Ensuite ouvrir un centre culturel à Kindia, en Guinée, pour que la jeunesse de cette ville vienne y exprimer son talent. Et devenir auteur aussi, pourquoi pas ? En espérant que mes pièces soient mises en scène ici au TNB !

 

 

EN ÉCHO

PRINTEMPS DU TNB

SAISON AFRICA2020

Co-construite par des professionnel·les africain·es, en partenariat avec des institutions françaises et mise en œuvre par l'Institut français, elle se...
Lire la suite

VOIR

>

SÉRIE "SI LOIN SI PROCHE"

ENTRETIEN AVEC QUDUS ONIKEKU

Comme nous l’avons fait, en novembre à l’occasion du Festival du TNB, nous nous emparons de la toile pour en faire une scène pliée à notre main. Le th...
Voir la video

VOIR

>

PAUSE THÉÂTRE

DISCUSSION ENTRE STEVEN COHEN ET ARTHUR NAUZYCIEL

Il s'agit d'une rencontre entre le performeur et plasticien Steven Cohen et Arthur Nauzyciel, metteur en scène et directeur du TNB, animée par Bénédic...
Voir la video