L'ÉCOLE

Depuis 2012 et jusqu’en juillet 2018, le metteur en scène Eric Lacascade est le responsable pédagogique de l’École supérieure d’art dramatique du TNB. Arthur Nauzyciel dirigera l’École à partir de septembre 2018.

UN NOUVEAU PROJET PéDAGOGIQUE EN 2018

Avec un acteur/metteur en scène à la tête du TNB, et donc de l’École, la pensée qui anime le projet du théâtre peut se déployer également de manière cohérente au cœur même du projet pédagogique de l’École. Pour la première fois depuis sa création, le directeur du TNB devient aussi celui de l’École. Un nouveau projet pédagogique sera donc mis en place avec l’accueil de la prochaine promotion. 

Arthur Nauzyciel a souhaité en partager la conception avec l’acteur Laurent Poitrenaux. Ce projet, conçu autour d’un groupe d’artistes et chercheur associés au TNB permettra de développer une formation de l’acteur pluridisciplinaire et ouverte sur l’international. Ils constituent une communauté humaine dont le regard, le travail, le talent contribuent à déplacer le TNB et son École vers de nouveaux territoires – imaginaires, artistiques et géographiques. Cette communauté est formée des metteurs en scène Jean-Pierre Baro, Julie Duclos, Vincent Macaigne, Guillaume Vincent, des chorégraphes Damien Jalet, Sidi Larbi Cherkaoui, Gisèle Vienne, des performeurs Mohamed El Khatib, Phia Ménard, des écrivains Marie Darrieussecq, Yannick Haenel, des plasticiens Valérie Mréjen, M/M (Paris), Xavier Veilhan, des musiciens Albin de la Simone, Keren Ann. D’autres artistes viendront partager et transmettre leur processus de création avec les élèves, parmi lesquels Pascal Rambert, Éric Vigner, Madeleine Louarn, Philippe Quesne, Wajdi Mouawad, Caroline Giuela Nguyen.



L’École d’acteurs se veut être, en regard du projet artistique du TNB, comme le prolongement ou l’origine, le laboratoire ou la critique de ce qui se joue sur le plateau. Le théâtre et son École deviennent alors un véritable lieu de recherche, de renouvellement et de compréhension de notre discipline, aussi bien pour les élèves que pour les intervenants. En plus de l’enseignement des fondamentaux du théâtre, elle doit permettre aux étudiants de s’inscrire dans un champ artistique et un monde plus vastes : en les initiant aux autres disciplines, en leur faisant rencontrer de grands artistes et penseurs, et en leur permettant de se jouer des frontières géographiques. Les élèves doivent se préparer à construire un théâtre qui sera le leur dans le monde à venir. 

 

Dire-Lire-Écrire

La langue est au cœur de ce projet. Le langage structure la réalité dans laquelle nous vivons. Une grande attention sera portée à la langue française, inhérente au travail d’acteurs, à sa maîtrise et à la « lecture ». Nous développerons donc une exploration de la langue et des formes, des ateliers d’écriture, de travail à la table, etc. Ce travail approfondi autour de la lecture et de l’énonciation se prolongera lors de classes d’interprétations dirigées par des acteurs, qui parraineront chacun un petit groupe d’élèves. Dans ce rapport de proximité́, chacun travaillera tout au long de l’année, un rôle du répertoire. Nous travaillerons également la notion de « traduction » : traduction textuelle d’une part, afin d’étudier le voyage du sens, d’une langue à l’autre, et en quoi cela affecte le travail de l’acteur ; traduction formelle d’autre part, afin de comprendre comment un texte peut devenir une image, comment une image se traduit en mouvements.
Il est par ailleurs essentiel aujourd’hui de parler couramment une langue étrangère en plus de sa langue. Pouvoir jouer et communiquer dans une autre langue ne peut qu’ouvrir un champ de nouvelles collaborations possibles dans l’avenir, en France ou à l’étranger. D’une manière générale, l’École sera un lieu de rencontre et de confrontation des pratiques et des ésthétiques


Les stages et les masterclasses

L’École est un laboratoire, un lieu d’expériences et de recherche dont l’enjeu est de transmettre et d’inventer un rapport sensible au monde, pour que chaque élève développe sa singularité d’acteur tout en se constituant ses propres outils au cours des apprentissages. Des stages de pratique sur plusieurs semaines seront dirigés par les artistes associés au TNB, ainsi que par les artistes français ou étrangers invités lors des saisons. Ateliers de pratique théâtrale, mais aussi chorégraphique, musicale, d’écriture, de jeu pour la caméra ou liés aux arts visuels, ils s’inventeront en écho aux saisons et viseront le croisement des disciplines..
 

L’accompagnement des trajectoires personnelles

Dès le dossier de candidature, chacun des élèves devra proposer un projet personnel qu’il développera et concrétisera lors de la troisième année. Par le biais de compagnonnages, l’École s’attachera à créer les conditions d’une relation privilégiée avec les acteurs et les artistes associés au TNB. Cet accompagnement aidera les élèves à faire évoluer leur projet personnel, et à mieux se situer dans l’évolution de leur parcours. 

D’une manière générale, les élèves seront au cœur du fonctionnement et de la politique du TNB. Ils travailleront en lien avec ses différentes équipes : en menant des actions culturelles avec les relations publiques, en accompagnant les formations en milieu scolaire, dans le suivi du travail des chargés de productions, ou encore à l’occasion de courts stages techniques auprès des techniciens du TNB.

 

Art et Politique : les nouveaux axes de la Licence universitaire

Le lien avec d’autres disciplines est de nature aussi bien pratique que théorique. Dans le fond, tout relève du théâtre, tout le sert. Il est important, par exemple, de comprendre comment la littérature a influencé la musique qui a donné une pièce qui est devenue un opéra, et dans quel contexte... L’inscription des élèves en Licence Arts du spectacle – parcours « métier de l’acteur » à l’Université Rennes 2 permettra de mettre en résonnance les apports théoriques universitaires avec la pratique de l’École. L’enseignement des esthétiques du théâtre sera traité de manière transversale en l’inscrivant plus largement dans le champs de l’Art et du Politique. Mises en perspective avec les sciences humaines, de nouvelles disciplines seront enseignées en collaboration avec d’autres écoles et départements de l’Université : architecture, musicologie, sociologie, anthropologie ou encore sémiologie.


La dimension internationale

À l’image du projet artistique du TNB, le projet pédagogique s’écrit dans une conscience européenne et résolument tournée vers l’international. Tout en consolidant les partenariats dans lesquels l’École s’inscrit actuellement, les liens avec d’autres lieux seront développés, écoles de théâtre européennes, mais aussi Centres d’art, écoles d’art et d’architecture. Des échanges ou années croisées avec des écoles étrangères seront envisagés au cours de la formation qui pourront prendre la forme de stage d’un semestre à l’étranger en 3e année.

La Promotion IX : 2015-2018

La promotion IX est actuellement en troisième et dernière année de formation.

Son responsable pédagogique est le metteur en scène Éric Lacascade.

« Il est salutaire pour le théâtre d'avoir une École en son sein, il est essentiel pour l'École d'être au cœur du théâtre.

L'existence au sein du Théâtre National de Bretagne d'une École nationale révèle à quel point la formation et la transmission font partie de la globalité du processus théâtral.  Et combien l'École de théâtre, telle que nous la concevons, doit se situer dans un espace où chaque jour se croisent des praticiens au travail.


L'École reflète la sensibilité et l'expérience de son directeur pédagogique. Fort de ce qu'il a lui-même appris, de ce qu'on lui a transmis, de ses certitudes et de ses doutes, de ce qu'il a accompli, de sa recherche présente et à venir, l'École est le déploiement des soubassements de l'œuvre du metteur en scène-chercheur. Cette position, loin de réduire l'enseignement à ma seule pratique, m'amène à souhaiter la collaboration d'artistes mus par la même recherche et les mêmes questionnements fondamentaux, mais qui produisent des approches et des formes aussi différentes que le sont les expressions du théâtre d'art sur les scènes contemporaines.


L'École du Théâtre National de Bretagne, s'inscrit dans la tradition de l'École d'art : un gymnase, une académie, où le théâtre est enseigné par des praticiens comme outil et champ d'exploration, d'expérimentation sur l'humain en son intimité et en son être public.


On n'entre pas dans une École de théâtre, comme on entre dans une École de commerce, ni comme on entre au séminaire... et pourtant le théâtre est à la fois un métier et une passion. Un savoir-faire artisanal et un jeu. Aux jeunes qui font le pari de ce métier, nous proposons des méthodes de travail, nous les confrontons à des formes qui partant de la réalité la dépassent, mais, loin de tout formatage, nous cultivons aussi l'impulsion originelle qui les a menés vers l'École.


Le théâtre étant une œuvre communautaire, chacun des apprentis est considéré comme un être singulier au service d'un tout : notre objectif sera de leur apprendre à développer une partition individuelle puissante en se mettant au service d'une structure collective. Solidarité, ouverture et attention à l'autre, esprit de groupe font partie des fondamentaux de notre enseignement, de même que le goût de l'effort, de la rigueur et de la responsabilité.


Chaque exercice – il est pour nous une méthode permanente de travail de l'acteur et non pas un entrainement préliminaire à la répétition –, chaque cours ou intervention pédagogique sont conçus comme partie d'un tout organique où émergent les qualités et les particularismes de chacun, et non comme un empilement de connaissances et de compétences. Cette École a pour but de fournir à ses apprentis les outils qui leur permettront de poursuivre le travail et la recherche, car le travail de l'acteur est un terrain expérimental inépuisable comme sont inépuisables les harmoniques, les couleurs, les sciences. Il s'agit de leur donner le goût, l'envie, et la capacité de développer leur puissance personnelle sans avoir à tricher pour plaire.


L’École est un temps de recherche, tant pour celui qui enseigne que pour celui qui est enseigné. »


 

Éric Lacascade
Responsable pédagogique de la promotion IX (2015-2018)


 

LES INTERVENANTS DE LA PROMOTION IX

 

>> en première année

Atelier D'où je viens
ADÈLE ZOUANE, HECTOR MANUEL, JULIEN DERIVAZ et LESLIE BERNARD, comédiens de la promotion 8 et membres du collectif Bajour
 

Atelier Structure
DARIA LIPPI, comédienne et metteur en scène, assistée de JULIETTE SALMON

Atelier Scénographie
PHILIPPE LACROIX, scénographe

Atelier Point Zéro
LAURE WERCKMANN, actrice

 

Atelier A Vida Enorme
EMMANUELLE HUYNH, chorégraphe
accompagnée par CATHERINE LEGRAND et NUNO BIZARRO, danseurs
assistée par ARNAUD STÉPHAN, direction d’acteurs

Atelier Les Récits intimes
ÉRIC DIDRY, acteur et metteur en scène

Atelier d’écriture dramatique
ROLAND FICHET, auteur et metteur en scène

Atelier d’interprétation « Les Bas-Fonds »
ÉRIC LACASCADE, metteur en scène et responsable pédagogique de la promotion IX (2015-2018)
accompagné d’ARNAUD CHURIN, JÉRÔME BIDAUX et ALAIN D'HAEYER

atelier d’interprétation « Exorde »
CÉDRIC PAGA, alias Ludor Citrik, artiste clown
 


>> en deuxième année 


Atelier Du monologue dramatique au solo performatif
STEPHANIE LUPO, metteure en scène

Atelier d’interprétation « Le verbe du désir »
STUART SEIDE, metteur en scène

Atelier Observations
BRUNO MEYSSAT, metteur en scène
YVES DELNORD, entraîneur de tir

Atelier d’interprétation « Quartett » / Atelier de création radiophonique avec le CREADOC, master d’écriture de documentaire (Angoulême)
MAYA BOSCH, metteure en scène

Atelier d’interprétation « L’insoutenable légèreté de l’être » (en partenariat avec l’ESRA de Rennes)
MÉLANIE LERAY, metteure en scène

MARIO BIAGINI et THOMAS RICHARDS, metteurs en scène du Workcenter of Jerzy Grotowski
 


>> en troisième année

 

DIEUDONNÉ NIANGOUNA, auteur, acteur et metteur en scène

Atelier d’interprétation « L’insoutenable légèreté de l’être » (en partenariat avec l’ESRA de Rennes)
MÉLANIE LERAY, metteure en scène

Atelier de création (en partenariat avec les élèves musiciens du Pont Supérieur)
OLIVIER MELLANO, musicien
LAURE WERCKMANN, actrice

Atelier d’interprétation « Kafka »
MADELEINE LOUARN, metteure en scène
et les comédiens professionnels handicapés de l’ESAT Catalyse

Atelier d’interprétation « Parcours singuliers »
ARTHUR NAUZYCIEL, metteur en scène
JEAN-CHRISTOPHE MEURISSE, metteur en scène du collectif Les Chiens de Navarre
CATHERINE EPARS, MURIELLE COLVEZ, LAURE WERCKMANN, ALAIN D'HAEYER et JÉROME BIDAUX, acteurs



>> laboratoires de recherches 

 

Au cours des deux premières années de formation, Arnaud Churin a dirigé 6 semaines de laboratoire intitulé « Exploration de la langue ».

Avec le concours de :
FRANCINE GERHARD-KRAIT, maître de conférence en linguistique française
ANDRÉ MARKOWICZ, traducteur et poète
CAROLINE GIRARD, metteur en scène - Cie La Liseuse
ARNAUD CHÉRON, CHRISTOPHE GRÉGOIRE, CHRISTELLE LEGROUX, LAURE WERCKMANN, comédiens
FRANÇOIS REGNAULT, écrivain, dramaturge et traducteur
D’ DE KABAL, rappeur, slameur, écrivain et metteur en scène
RÉMI GODEMENT BERLINE, doctorant à l'Université Paris Diderot - Département de Linguistique

 

>> projets européens et internationaux 

 

Festival VIE, rencontres inter-écoles organisées par l’Emilia Romagna Teatro à Bologne (Italie) dans le cadre de Prospero
avec les écoles européennes d’art dramatique : l’ESACT (Conservatoire royal de Liège), l’École de Modène (Emilia Romagna Teatro Fondazione), l’Université de Göteborg

 

FIND +, rencontres et masterclasses dans le cadre du festival organisé par la Schaubühne de Berlin

 

Les mythologies personnelles, atelier international dirigé par Armel Roussel, metteur en scène, avec les élèves de l’INSAS de Bruxelles

 

Un hueco en la ciudad, atelier international dirigé par Charlie Windelschmidt (Cie Derezo) dans le cadre de l’année France-Colombie, avec les élèves de l’université d’Antioquia (Medellin) et de l’Atlantico (Barranquilla), et la maestria de dramaturge de l’Université de Bogota



>> cours techniques 

 

NUNO BIZZARO, OLGA DUKHOVNAYA, EMMANUELLE HUYNH, CATHERINE LEGRAND et ANNE-KARINE LESCOP, training chorégraphique
JEAN-BAPTISTE ANDRE, training physique
ANNE LE MERDY, professeure de chant
ISABELLE BYLOOS, voix
CLAUDE NIORT, jeu du comédien au micro



>> cours théoriques dirigés par des intervenants hors parcours Licence Arts du spectacle 

 

FRÉDÉRIQUE AUFORT, pédagogue et metteur en scène – Analyse de spectacle
ANNE DARY, directrice du Musée des Beaux-Arts de Rennes 
FRANÇOIS COULON, LAURENCE IMBERNON, GUILLAUME KAZEROUNI, conservateurs au Musée des Beaux-Arts de Rennes 
FRANCINE GERHARD-KRAIT, maître de conférence en linguistique française 
STÉPHANIE LUPO, comédienne
ANDRÉ MARKOWICZ, traducteur et poète
NOËLLE KERUZORÉ, professeure d’anglais

L’historique

Fondée en 1991 par Emmanuel de Véricourt et Christian Colin à partir du Conservatoire National d'Art Dramatique de Rennes, l'École du TNB est, dès ses débuts, une formation supérieure soutenue par l'État, la Ville de Rennes et le Conseil Régional de Bretagne.  

En 1994, François Le Pillouër prend la direction du Théâtre National de Bretagne et va renforcer le projet de l’École. Les locaux intègrent ceux du TNB et les statuts évoluent. Le responsable pédagogique est nommé pour trois ans et doit nécessairement être un artiste en activité. Après Christian Colin, François Le Pillouër nomme Dominique Pitoiset puis Jean-Paul Wenzel. D’octobre 2000 à juillet 2012, Stanislas Nordey assurera la direction de quatre promotions (IV, V, VI et VII).
 

Depuis le 1er septembre 2012 et jusqu’en juillet 2018, Éric Lacascade est le responsable pédagogique de l'École. Il a assuré le recrutement de la huitième promotion en 2012 et de la neuvième en 2015. Depuis le 1er janvier 2017, Arthur Nauzyciel dirige le TNB. À partir de septembre 2018, il dirigera également l’École et aura Laurent Poitrenaux à ses côtés en tant que responsable pédagogique.


L’ensemble des responsables pédagogiques qui ont traversé l’École ont fondé leur enseignement sur une pratique intensive, appuyée sur des cours techniques et des ateliers dirigés par de fortes personnalités de la scène française et internationale. Au fil des années, l’École supérieure d’art dramatique du TNB va se développer et devenir une formation de premier plan au niveau national.


Le 21 avril 2002, en tant que signataire de la plate-forme de l'enseignement supérieur pour la formation de comédien, elle est reconnue, par le Ministère de la Culture et de Communication, École d'Enseignement Supérieur.


Le 2 avril 2008, le TNB et l'Université de Rennes 2 signent un avenant à leur convention de partenariat organisant un parcours pédagogique « comédien professionnel » spécifiquement réservé aux élèves de l'École du TNB leur permettant d'obtenir, à l'issue du cursus, une licence en Arts du Spectacle.


Le 17 juin 2009, la commission nationale d'habilitation du Ministère de la Culture décerne à L’École du TNB l'habilitation à délivrer le Diplôme National Supérieur Professionnel (DNSPC) de comédien. Cette habilitation est régulièrement renouvelée depuis.


L’École supérieure d’art dramatique du TNB possède aujourd’hui un fort rayonnement national et une ouverture internationale favorisée par les nombreux échanges, notamment dans le cadre du projet européen Prospero.

Les partenaires

L'École supérieure d’art dramatique du TNB est subventionnée par le Ministère de la Culture, la Ville de Rennes et le Conseil Régional de Bretagne.

En tant que lieu de formation, elle est habilitée à percevoir la taxe d’apprentissage. De nombreuses entreprises et structures culturelles accompagnent le projet de l’École en reversant tout ou partie de leur taxe d’apprentissage.

Grâce à leur contribution, l’ensemble de ces partenaires soutient la formation des acteurs, leur insertion dans la vie professionnelle ainsi que le développement de l’École et son rayonnement à l’échelle locale, nationale et internationale.