Théâtre National de Bretagne
Direction Arthur Nauzyciel

3 QUESTIONS À ARNÓR, ÉTUDIANT ISLANDAIS ACCUEILLI PAR L'ÉCOLE PENDANT LE FESTIVAL

3 QUESTIONS À ARNÓR, ÉTUDIANT ISLANDAIS ACCUEILLI PAR L'ÉCOLE PENDANT LE FESTIVAL

09 – 27 NOV 2021

À l’occasion du Festival TNB 2021, l’École du TNB a souhaité constituer une communauté éphémère de jeunes artistes, réunissant élèves de la promotion 11 et invité·es étranger·es : 4 jeunes artistes libanais·es et 9 élèves comédien·nes de l’Institut Supérieur des Arts de Reykjavik (Islande). Arnór, étudiant islandais, nous raconte son immersion et sa rencontre avec les élèves et le TNB.

 

Quels avantages as-tu identifiés dans la pédagogie portée par ton école et dans celle portée par l’École du TNB ?

J’ai constaté que les 2 écoles insistent sur l’indépendance des élèves, dans le but de les aider à devenir des artistes critiques et à part entière, pas uniquement des acteurs et actrices attendant de lire des textes. J’ai aussi pu trouver des similarités dans la manière d’étudier : les élèves prennent un sujet de zéro et à bras le corps, puis discutent des expériences des un·es et des autres là-dessus.

 

Et quelles limites, s’il y en a ?

Ce que le TNB fait pour accompagner l’entrée dans la vie professionnelle de ses ancien·nes élèves est unique. C’est bien évidemment possible parce que le TNB est à la fois une école et un théâtre. Mais je suis très impressionné par cet engagement.

 

As-tu remarqué des différences notables entre les 2 pédagogies des 2 écoles ?

De ce que j’ai compris, il semble que les élèves du TNB sont invité·es à découvrir et explorer une plus grande diversité de pratiques artistiques. C’est sûrement en regard de la diversité des disciplines et des esthétiques artistiques qui existe au sein du TNB en soi.

 

Est-ce que cela a été difficile et/ou enrichissant de découvrir une autre pédagogie ?

Sans aucun doute, je dirais enrichissant ! J’aurais aimé rencontrer encore plus de professeur·es et de metteur·es en scène.

 

(interview réalisée en janvier 2022, traduite de l’anglais)

 

L’organisation de ces rencontres internationales a été permise grâce au soutien du programme Erasmus + pour l’enseignement supérieur, de l’Institut français (Paris), de l’Institut français d’Islande et de l’Institut français du Liban.

 

© Gwendal Le Flem