Édito FESTIVAL TNB
FR EN

Édito FESTIVAL TNB

NOV 2020

Parce qu’elle a été la grande sacrifiée de la COVID-19 (fermeture des écoles, des collèges, des lycées, des universités), parce que demain, elle aura à payer les conséquences économiques du confinement et de la période que nous traversons, parce qu’elle hérite d’une planète meurtrie sur le plan écologique, d’une société bouleversée, de luttes nécessaires contre toutes formes de discriminations, la génération « Z », que les médias ont un peu hâtivement nommée génération « COVID », ne peut se réduire à ce seul dénominateur.


Cette tranche d’âge ultra connectée est traversée à l’échelle mondiale par les mouvements #metoo, black lives matter, et le combat écologique. Elle se mobilise et fait bouger les lignes. Dans le prolongement de ce que nous avons vécu, individuellement et collectivement, au cours de ces derniers mois, nous avons souhaité accorder une place toute particulière à la jeunesse pendant ce festival. Certain·e·s artistes ont décidé de s’adresser à elle dans leurs spectacles.


Et à l’occasion du Festival TNB, des enfants, des adolescent∙e∙s et de jeunes adultes seront invité·e·s à se saisir des plateaux et à prendre la parole. Ateliers, masterclass, émissions de radio : nous voulons que s’écoutent et se lisent leurs récits. Comment cette crise a-t-elle été traversée ? Comment envisager le futur ? Quels désirs les animent ? Nous voulons que s’écoute leur vitalité. Rendez-vous donc pour une salve d’événements « jeunesse » pensés par l’équipe du TNB, avec le concours de Patrick Boucheron, Aurélie Charon, Caroline Gillet, Gala Vanson, Robin Robles, Joëlle Gayot et Valérie Mréjen.


Aujourd’hui, c’est toutes générations confondues que nous traversons cet événement planétaire qui marque une rupture avec nos vies d’avant.


Au cœur de cette mutation, nous cherchons l’oxygène, l’espoir, la possibilité de se projeter de nouveau dans l’avenir. S’évader du quotidien, échapper aux assignations, s’affranchir des normes, rêver à des alternatives qui sauraient rendre nos vies plus belles, fuir les idées reçues, replacer l’imaginaire aux avant-postes, panser les plaies, prendre soin : ces préoccupations, déclinées avec force, rire, gravité, inventivité, traversent le Festival TNB. Alors que nous vivons ensemble une période anxiogène marquée par la COVID-19, les artistes affirment plus que jamais leur désir de ne rien concéder à un réel qui isole et nous sépare.


Comme chaque année, le festival est un précipité créatif et artistique, reflet de notre saison, et son extension partagée avec de nombreux partenaires de Rennes et de sa métropole. C’est aussi un temps de rencontres, d’échanges et de convivialité qui nous sort du rythme de la saison pour découvrir ensemble des créations inédites et le travail d’artistes singulier·e·s, dans toutes les disciplines. Les propositions auxquelles nous vous convions sont marquées, d’une manière ou d’une autre, par un besoin impérieux d’évasion, par une énergie qui nous arrache au sol et à nous-mêmes, nous relie à des mondes invisibles ou lointains.


Votre présence est vitale à la survie de nos lieux mais aussi des compagnies, intermittent·e·s, artistes, qui malgré des conditions de travail difficiles et hasardeuses, se mobilisent pour que leurs métiers et que le spectacle vivant, en ces temps incertains, se poursuive ou continue d’exister.


Merci et bienvenue.

– Arthur Nauzyciel