TNB

© DR

© DR

Création 2011

JAN KARSKI (MON NOM EST UNE FICTION)

de YANNICK HAENEL
mise en scène ARTHUR NAUZYCIEL

Avec Alexandra Gilbert, Arthur Nauzyciel, Laurent Poitrenaux et la voix de Marthe Keller Mise en scène et adaptation Arthur Nauzyciel D’après le roman de Yannick Haenel Vidéo Miroslaw Balka Musique Christian Fennesz Décor Riccardo Hernandez Lumière Scott Zielinski Regard et chorégraphie Damien Jalet Son Xavier Jacquot Costumes José Lévy Assistant décor James Brandily Assistante costume Géraldine Crespo Régie générale Jean-Marc Hennaut Recherche documentaire Leila Adham Production Centre Dramatique National Orléans/Loiret/Centre Coproduction Festival d’Avignon ; Les Gémeaux Scène nationale de Sceaux; CDDB-Théâtre de Lorient, CDN; Maison de la Culture de Bourges, Scène nationale; La Comédie de Reims CDN, Festival Reims Scènes d’Europe Avec le soutien de la Région Centre, de l’Institut Polonais de Paris et de la Fondation d’entreprise Hermès dans le cadre de son programme New settings Avec la participation de l’Institut Français Avec l’aide du théâtre TR Warszawa et de l’Ambassade de France en Pologne création/coproduction Spectacle répété au CDN Orléans/Loiret/Centre
 Jan Karski (prix Interallié et prix du roman Fnac 2009) est publié aux Éditions Gallimard


LA PIÈCE

Jan Karski (Mon nom est une fiction) a reçu le prix Georges-Lerminier du Syndicat de la critique pour la saison 2011/2012.

Varsovie, 1942. La Pologne est dévastée par les nazis et les Soviétiques. Jan Karski est un messager de la Résistance polonaise auprès du gouvernement en exil à Londres. Il rencontre deux hommes qui le font entrer clandestinement dans le ghetto de Varsovie afin qu’il dise aux Alliés ce qu’il a vu et qu’il les prévienne que les Juifs d’Europe sont en train d’être exterminés.
Jan Karski traverse l’Europe en guerre, alerte les Anglais et rencontre le président Roosevelt en Amérique. Mais son appel restera sans suite. Après presque quarante années de silence, il accepte de témoigner à nouveau dans le film SHOAH de Claude Lanzmann.

Le destin extraordinaire de cet homme, confronté à la passivité des démocraties alliées face au génocide organisé par les nazis, interroge Yannick Haenel qui écrit, en 2009, un roman construit en trois temps: celui de la parole filmée qu’il retranscrit, celui de l’autobiographie de Karski et, enfin, celui de l’imaginaire du romancier qui fait parler le héros au présent.

Troublé par ce livre, Arthur Nauzyciel a décidé de l’adapter pour la scène, persuadé que « s’il n’y a pas de limites à la littérature », il ne peut y en avoir au théâtre. Comme à son origine, le théâtre peut faire entendre la voix de ceux qui n’en ont plus et transmettre au plus grand nombre cette tragédie du silence imposé. Au moment où les témoins de l’Holocauste disparaissent, le temps du relais est venu.

Pour cette création, Arthur Nauzyciel a réuni des artistes qui viennent de France, de Belgique, de Pologne, de Suisse, d’Autriche, des États-Unis. Ils sont le voyage de Karski. Il retrouve des complices artistiques qui, d’Ordet à Julius Caesar, ont participé à ses précédents spectacles: le chorégraphe Damien Jalet, le décorateur américain Riccardo Hernandez, l’éclairagiste américain Scott Zielinski, le créateur sonore Xavier Jacquot et le styliste José Lévy. Il travaille également, pour leur première participation à une création théâtrale, avec le plasticien polonais Miroslaw Balka, l’un des artistes les plus importants aujourd’hui, et le musicien Christian Fennesz, figure majeure de la scène électro internationale. Sur scène, il retrouve la danseuse Alexandra Gilbert et Laurent Poitrenaux qui était l’acteur principal de son premier spectacle Le Malade imaginaire ou le silence de Molière en 1999 et que l’on a pu découvrir lors des saisons précédentes au CDN dans Ébauche d'un portrait en 2010 et Un mage en été en 2011. La comédienne Marthe Keller, connue notamment par ses rôles aux côtés d’Al Pacino (BOBBY DEERFIELD), Dustin Hoffman (MARATHON MAN) ou Marlon Brando (LA FORMULE) y participe également.

Répété à Orléans, New York et Varsovie, Jan Karski (Mon nom est une fiction) a été créé en ouverture du Festival d’Avignon 2011.

DURÉE 2H40


PRESSE

  • "Le metteur en scène a trouvé le ton juste, tout ensemble proche et tragique, tout au long d’un spectacle dont on sort la mémoire en feu."

Fabienne Pascaud, Télérama

  • "Il y a des spectacles qui résument une vie, une douleur, une morale. Des spectacles qui vous contiennent tout entier et vous révèlent à vous-même. Jan Karski (Mon nom est une fiction) est de ceux-là. Ce spectacle doit être vu absolument."

Laurence Liban, L'Express 

  • "Rigueur, intelligence, splendeur austère voilà les mots qui viennent pour saluer le très attendu spectacle d’Arthur Nauzyciel."

Odile Quirot, Le Nouvel Observateur 

  • "Un poème dramatique pour notre temps, un poème étrange et envoûtant."

Armelle Héliot, Le Figaro

  • La fabrique de l'histoire sur France Culture propose du lundi 6 février au jeudi 9 février le cycle "Histoire de la Pologne pendant la seconde guerre mondiale". 
  • L'émission du mardi 7 février est consacrée au thème "Comment parlerons-nous de la Shoah, Jan Karski (Mon nom est une fiction)". Invités : Annette Becker, Arthur Nauzyciel, Laurent Poitrenaux
    Réécoutez cette émission sur le site de France Culture
  • La revue de presse complète