PATRICK BOUCHERON

PATRICK BOUCHERON

Historien et chercheur associé au TNB

Lycée Henry IV, Normale sup, agrégation, thèse de doctorat… Pas de doute, l’historien Patrick Boucheron a de belles lettres.

Mais qu’est-ce qui peut bien pousser l’homme – très sollicité par les médias – sur le devant de la scène? Élu au Collège de France sur la chaire « Histoire des pouvoirs en Europe occidentale, XIIIe -XVIe siècle », sa leçon inaugurale, Ce que peut l’histoire, prononcée le 17 décembre 2015, a marqué les esprits : « Nous avons besoin d’histoire car il nous faut du repos. Une halte pour reposer la conscience, pour que demeure la possibilité d’une conscience – non pas seulement le siège d’une pensée, mais d’une raison pratique, donnant toute latitude d’agir. » Pour ce médiéviste, le métier d’historien est d’abord passion de transmettre. « Si l’Histoire doit transmettre des valeurs, ce sont des valeurs d’émancipation et non de résignation. » Ainsi, à tout moment, de quelque façon qu’on puisse l’inventer, une autre histoire est possible. Ce que nous rappellent Shakespeare et bien d’autres auteurs de ces récits que nous venons écouter au théâtre. De sorte que « l’histoire est la science du changement social, c’est-à-dire de la manière dont les femmes et les hommes, en société, parviennent à faire du neuf avec de l’ancien.» Impossible alors de se défiler: «l’aujourd’hui nous requiert, et il ne faut pas se dérober à ses responsabilités…» Raconter, partager, procéder par déniaisements progressifs… Récemment publiée, sous sa direction, une « Histoire mondiale de la France » renouvelle et élargit le regard sur l’épopée d’un pays en resituant le récit national dans un contexte planétaire. Dans « l’énergie joyeuse d’une intelligence collective », 122 auteurs ont participé à cette aventure historiographique. L’histoire que racontent Boucheron et ses amis n’abandonne pas plus la chronologie que le plaisir du récit.